Les célébrations de la Sainte Dévote correspondent à une des plus anciennes traditions de la Principauté de Monaco. Elles sont célébrées chaque année, le 26 et 27 janvier.

C’est une tradition qui a imprégné la culture nationale dans des domaines divers : la religion, le folklore, les croyances populaires, l’histoire, la littérature, les arts, la peinture, la musique, la numismatique et la philatélie. Elle est issue de la « Légende de Sainte Dévote » transmise par un document médiéval. Cette dernière raconte que Devota (Dévote), jeune chrétienne native de Corse aurait été martyrisée par le préfet Barbarus sous les Empereurs Dioclétien et Maximien à une date que l’on pourrait situer en 303 ou 304. Son corps, dérobé pendant la nuit suivante par des fidèles, fut mis dans une barque, transporté à Monaco et enseveli dans une chapelle du vallon dit « des Gaumates », près du port, le 27 janvier de la même année.

Ainsi, sous Honoré II, au XVIIème Siècle, Sainte Dévote est devenue patronne de Monaco. D’ailleurs, comme une âme protectrice, elle est présente dans toutes les églises de la Principauté. Depuis 1874, la tradition veut que chaque 26 janvier au soir : une barque soit brûlée sur le bûcher en présence du Souverain et de la famille Princière, accompagnés des personnalités monégasques. S’en suit alors un feu d’artifice sur le Port Hercule. Puis, le 27 janvier au matin, une messe pontificale est célébrée en la Cathédrale Notre-Dame-Immaculée par Monseigneur l’Archevêque de Monaco, en présence du Prince Souverain. Elle est suivie d’une procession solennelle sur le Rocher ou, autrement dit une bénédiction du Palais, de la Ville et de la Mer.