Le « jour du souverain » est traditionnellement fixé le jour du saint patron du Prince régnant, sauf que le Prince Rainier III a dérogé à cette tradition en choisissant le jour de son intronisation, le 19 novembre, qui est aussi celui de la célébration du bienheureux Rainier d’Arezzo. En mémoire de son père, le Prince Albert II a conservé la même date, fixant ainsi le jour de la Fête Nationale Monégasque.

C’est un rendez-vous initié par le Prince Charles III, à l’époque où la Principauté devient un État moderne et indépendant avec son pavillon national, sa représentation diplomatique à l’étranger et les traités signés avec différentes puissances. Dès la deuxième année de son règne, en 1857, Charles III décide que le 4 novembre, le jour de la fête de son saint patron soit déclaré « Fête du Souverain ». 

Sous son règne, la fête patronale du Souverain, nommée « Fête du Prince » par les Monégasques est célébrée par un Te Deum en l’église Saint-Nicolas. Dès 1871, après le Te Deum, la première prise d’armes a lieu sur la place du Palais avec la Compagnie des Gardes du Prince. S’ajoutent à cela plusieurs célébrations à l’image d’un grand feu d’artifice, des concerts et des jeux populaires sur le Rocher. Mais ce n’est qu’en 1875 que les Carabiniers participeront à la revue.

Après sa mort le 10 septembre 1889, par une Ordonnance Souveraine du 8 mai 1890, le Prince Albert Ier fixe la « Fête du Prince » au 15 novembre, jour de la Saint-Albert. Mais suite à l’accession au trône du Prince Rainier III, le 19 novembre 1949, une autre Ordonnance Souveraine est adoptée fixant la date au 19 novembre.