Le prince Albert II poursuit sa tournée d’hommage aux combattants de la Grande Guerre.

Avant de se rendre à Péronne, dans la Somme, le 6 décembre, le prince Albert II a visité la clairière de l’Armistice de Compiègne. Située dans le département de l’Oise, dans la forêt de Compiègne, c’est là, dans un wagon, que fut signé l’armistice du 11 novembre 1918 entre la France, ses alliés et l’Allemagne, puis l’armistice du 22 juin 1940 entre la France et le Troisième Reich.

Un ambiance chaleureuse

Le 10 novembre, une cérémonie avait réuni Emmanuel Macron et Angela Merkel. Mais l’ambiance était bien différente pour la venue du prince Albert II, accueilli chaleureusement par les élus de la commune et les 480 élèves de l’institution Sévigné. Ces derniers lui ont réservé une véritable ovation avant de lui offrir Le Dictionnaire Amoureux du Nord, de Jean-Louis Fournier. Un beau cadeau pour le souverain qui s’est ensuite recueilli devant la monumentale statue du maréchal Foch. C’est sous les ordres de ce héros de la Grande Guerre que son arrière-grand-père, Louis II de Monaco, a combattu. « Petit, on ne me parlait pas souvent de lui, je savais juste que c’était un militaire engagé. Il s’est illustré sur le Chemin des dames. Il aurait pu se contenter de l’État-major mais il a été au front, au combat », s’est remémoré Albert II de Monaco au sujet de son aïeul.

Après avoir déposé une gerbe de fleurs auprès de la dalle sacrée – où il s’est dit « heureux de rendre un bel hommage aux combattants » – et salué les nombreux porte-drapeaux présents, il s’est rendu au wagon de l’Armistice pour signer le livre d’or. Non sans « surprise », il a alors découvert un texte et une signature de Grace Kelly. Avant ce 6 décembre 2018, la mère du souverain était la dernière représentante monégasque à être venue à Compiègne. C’était en 1973.