La crise des « gilets jaunes » se poursuit en France où des stations-service sont privées de ravitaillement, notamment dans les Alpes-Maritimes.

La crise ouverte par le mouvement des « gilets jaunes » ne faiblit pas. Alors que le Premier ministre français, Édouard Philippe, vient d’annoncer des mesures pour tenter d’apaiser la colère, des manifestants ont temporairement bloqué le dépôt pétrolier de Puget-sur-Argens, dans le Var, le lundi 3 décembre. En conséquence, le carburant commence à manquer dans la région, notamment dans les Alpes-Maritimes où des stations-service sont en pénurie totale ou partielle depuis ce matin. Une vingtaine d’entre elles sont complètement à sec. Et au moins dix-sept autres sont en partie privées de carburant, le diesel ou le SP 98 manquant parfois dans les cuves.

Un retour progressif à la normal

Les restrictions d’essence pour les Azuréens ne sont toutefois pas à l’ordre du jour selon la préfecture des Alpes-Maritimes. La présente pénurie serait d’abord due au fait que de très nombreux automobilistes ont rempli leurs réservoirs ces derniers jours par précaution. Les points de ravitaillement en carburants ont en effet été pris d’assaut hier, mardi. En milieu de journée, des internautes indiquaient sur Facebook que les stations-service des secteurs de Cagnes-sur-Mer, de Villeneuve-Loubet et de La Colle-sur-Loup avaient toutes leurs pompes à sec. Mais « les pompes actuellement vides le sont à cause des jours passés. Un retour progressif à la normale est attendu« , rassurent les services préfectoraux.

Hier matin, le dépôt de carburant de Puget-sur-Argens a été débloqué sans heurt et sans violence. Le retour à la normale devrait donc s’effectuer progressivement.