Un « chevalier des temps modernes » au secours des « Ecuries de Betty »

Un « chevalier des temps modernes » au secours des « Ecuries de Betty »

C’est une belle histoire. Celle de ce monégasque qui a sauvé le centre équestre de Sclos-de-Contes, dans les Alpes-Maritimes.

La première édition du challenge « De Brawney », disputé aux « Ecuries de Betty », le club équestre de Sclos-de-Contes, a été remporté par Clara, huit ans. Et vu le nombre d’amateurs de sport épique présent autour de la piste, ce ne sera pas la dernière. Pour l’occasion, un hommage a été rendu à la fondatrice de ce lieu magique, disparue en 2017. Betty Schlagenwarth a fondé le centre équestre sclossien en 2009. Elle a consacré toute son énergie à cet havre de paix jusqu’à ce qu’elle tombe gravement malade en 2015 et décède tristement le 10 septembre 2017.

Le baron Michel de Brawney entre en scène

Un an plus tard, la mère de Betty, Lola Jorge Do Marco, aux commandes de la structure, fait la connaissance du baron Michel de Brawney lors des jeux américains de Levens. Touché par l’histoire des « Ecuries de Betty » dont il a eu vent dans la presse, ce dernier apporte son soutien pour pérenniser le club en proie à des difficultés financières. Le prix « De Brawney » est ainsi créé.

Monégasque d’ascendance irlandaise, le baron de Brawney est connu pour ses activités philanthropiques. Depuis 1998, il œuvre bénévolement pour l’association Monaco Soupe de nuit qui vient en aide aux SDF dans les rues de Nice et de Menton. Il est également connu pour son goût pour la littérature et ses talents d’écrivain. Académicien de Provence et lauréat du Grand Prix de Littérature en 2002 pour son roman Les Enclavés, il est surnommé, en raison de sa passion pour les chevaux, « le chevalier des temps modernes » ! Aux « Ecuries de Betty », l’aritistocrate azuréen à fait honneur à son surnom. Et rappelé que la vraie noblesse est celle du cœur.