Avec Nice baie des anges, l’un de ses plus grands tubes, il avait rendu un magnifique hommage à la Côte d’Azur des années 50. Dick Rivers, de son vrai nom Hervé Forneri, s’est éteint la nuit dernière le jour de ses 74 ans. Il aura largement participé à l’avènement du rock’n’roll français. 

 

Avant de devenir Dick, crooner hors pair aux vrais airs de Johnny Cash, ce fils unique d’un boucher a passé son enfance à Nice. Des souvenirs heureux pour celui qui n’avait qu’une obsession : chanter comme Elvis, son « dieu ». Hervé Forneri a à peine 15 ans lorsqu’il fonde le groupe Les Chats Sauvages. Banane gominée, blouson noir et bottes de cow-boy, le mythe Dick est né. Avec Twist à Saint-Tropez, il acquiert une notoriété et enchaine les albums et les succès durant les années 60. Pas de doute : sur la carte du rock, Dick Rivers se trouve aux côtés de Johnny Hallyday et d’Eddy Mitchell,

 

Idole jusqu’au bout

 

 

Dès les années 70, Dick Rivers s’essaie à la country puis enchaîne les collaborations avec Alain Bashung sur trois albums avant de chanter Nice baie des anges en 1984, l’un de ses plus grands tubes. « Si t’avais connu, la Miss Baie des Anges à moitié nue, les voitures de sport sur les avenues… Tu regretterais tout ça », chante-t-il. Benjamin Biolay, Matthieu Chedid, Mickey 3D, Julien Doré… De nombreux artistes admiratifs du crooner ont œuvré sur ses derniers albums, notamment Dick Rivers, sorti en 2006.

 

Ses dernières apparitions sur scène ont eu lieu en 2018 lors de la tournée Age tendre, dans toute la France avec plusieurs autres stars des années 1960 et 1970. Dans les prochains jours, la mairie de Nice rendra un bel hommage à cette légende du rock désormais éternelle.