L’étude intitulée De plus en plus d’habitants des Alpes-Maritimes travaillent à Monaco a été présentée devant la presse ce mercredi 28 mai.

82% des salariés de Monaco n’habitent pas en principauté mais, pour la plupart, dans le département voisin des Alpes-Maritimes. Il sont ainsi 26 700 Azuréens à faire le trajet tout le jour contre 600 Monégasques à faire le chemin inverse. C’est un des enseignements de l’étude réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économiques (Imsee) et l’Insee Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette dernière a été présentée à la presse mercredi 29 mai à Nice.

Près d’un quart sont des jeunes cadres

Le profil de jeune cadre, habitant généralement à Nice et diplômé de l’enseignement supérieur, représente près d’un quart de ces azuréens travaillant à Monaco. Ils sont cadres administratifs, chefs d’établissements bancaires ou informaticiens. On trouve par ailleurs des ouvriers de la construction, des professionnels de l’hébergement-restauration et des employés. Chez ces derniers, on trouve majoritairement des femmes habitant près de Monaco et exerçant des professions intermédiaires, généralement infirmière ou secrétaire de direction.

Pour se rendre au travail, les frontaliers privilégient la voiture (45%), les transports en commun (26%), les deux-roues (22%), voire la marche (21%) pour ceux qui habitent à Beausoleil ou Menton.

Autre enseignement : le nombre d’Azuréens travaillant en principauté ne cesse d’augmenter (+77% en 25 ans). Un chiffre qu’explique l’attractivité économique de Monaco, accélérée ces dernières années par un certain nombre de projets d’envergure et une stature internationale qui s’affirme.