Des levées de fonds en cryptomonnaie vont être ouvertes à Monaco. Une nouvelle étape dans la « révolution numérique » engagée par le gouvernement princier.

Le prince Albert II est revenu mardi soir sur la nouvelle stratégie numérique de Monaco. On en connaissait déjà les grandes lignes : 5G à l’automne, véhicules autonomes mis en service cet été, dotation d’un « cloud souverain », apprentissage de la programmation dans les écoles… Mais une nouvelle mesure est venue s’ajouter à la liste déjà remplie de ce vaste plan numérique.

Le gouvernement participe

La principauté va en effet s’ouvrir aux cryptomonnaies (ICO). Ce, par l’intermédiaire de levées de fonds répondant à certains critères environnementaux ou sociétaux. La première est d’ores et déjà prévue. Elle sera menée par la société du cinéaste Luc Jaquet qui veut ainsi financer cinq films et deux festivals. Les entreprises désireuses d’y participer devront être immatriculées dans la principauté et le visa du gouvernement sera obligatoire a précisé Frédéric Genta, le délégué interministériel pour le numérique de la principauté. Les jetons donneront droit à des revenus financiers en fonction de la performance des films.

Le gouvernement participera d’ailleurs lui-même à cette première levée de fonds, par l’intermédiaire de son fonds de réserve. « Monaco a toujours été l’un des pays les plus attractifs au monde pour les entreprises, et l’attractivité se joue de plus en plus sur le numérique », a expliqué Frédéric Genta. Ce dernier espère ainsi créer dix entreprises et 150 emplois par an liés au numérique. Des objectifs ambitieux alors que le Rocher a enregistré en 2017 son premier recul de PIB depuis 10 ans.