La Principauté de Monaco et le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique ont conclu un nouveau partenariat qui vise, à terme, à une Afrique sans paludisme.

Signé le mardi 28 mai à l’occasion de l’Assemblée mondiale de la Santé à Genève, en Suisse, ce nouveau partenariat devrait permettre le versement de deux millions d’euros à l’OMS, sur une période de cinq ans. Une somme allouée par le Gouvernement princier, ayant pour but de prêter main forte à l’organisation dans son travail avec huit pays (Burkina Faso, Cap-Vert, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad) de la région du Sahel pour accélérer l’élimination du paludisme, cause de 93% des décès mondiaux sur ce continent.

Les chiffres indiquent que plus de 374 millions de personnes dans cette région risquent en effet de contracter cette maladie.

« Ce n’est qu’avec le généreux soutien de nos donateurs et partenaires que l’OMS atteindra l’objectif commun d’un avenir sans paludisme en Afrique », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Les subventions comme celle de la Principauté de Monaco contribuent à faire en sorte que nous continuions à progresser, en particulier dans les pays les plus touchés par cette maladie.  »

Cette nouvelle alliance entre le Rocher et l’OMS contribuera aux travaux du Bureau régional pour l’Afrique, en fournissant un appui et des conseils techniques aux huit pays du Sahel, notamment en aidant à renforcer les programmes, en améliorant les capacités techniques ainsi que la collaboration et la coordination dans la sous-région.