Déception pour les Monégasques, défaits sur le terrain de l’ASVEL, samedi soir, pour le premier acte de cette finale en cinq manches.

D’une certaine façon, la logique a été respectée samedi, entre Monaco et L’ASVEL. Malgré la forme étincelante de ses hommes, Sasa Obradovic avait mis en garde contre toute forme de pression contre-productive, rappelant que la Roca Team n’était pas la favorite de cette finale en cinq manches. Le coach serbe a parlé d’or. Face à son dauphin, la victoire de l’ASVEL, premier de la saison régulière, ne souffre aucune contestation (81-71). Dans un match maîtrisé de bout en bout, les Villeurbannais ont fait fort impression pour le plus grand bonheur de leur président, Tony Parker, installé dans les gradins d’une Astroballe en feu.

L’ASVEL fait la course en tête

De fait, ces derniers ont fait la course en tête du début à la fin, malgré un premier quart-temps de haute intensité et un sursaut de la Roca Team dans le dernier acte. Les Monégasques peuvent en effet se consoler en se disant qu’ils n’ont jamais lâché, même distancés de 15 points. Ainsi, à 10 minutes du buzzer, ils sont parvenus à revenir à quatre longueurs grâce à leur duos d’intérieurs américains Eric Buckner (14 points) et Gérald Robinson (15 points). Mais cela n’a pas suffit à désorganiser le collectif adversaire, porté notamment par un excellent A.J. Slaughter (13 points), auteur d’un trois points décisif.

Côté Monégasque, on regrettera le match transparent de Paul Lacombe. L’arrière international n’a marqué qu’un seul petit point ! Livio Jean-Charles a terminé meilleur marqueur de son équipe avec 14 points (7 rebonds).

L’ASVEL prend ainsi un belle option dans cette finale dont le match 2 se joue ce soir (20h45) dans la même salle. Les deux manches suivantes se disputeront en principauté. Une cinquième rencontre, jouée dans le Rhône, départagera éventuellement les deux meilleurs équipes française de la saison de Jeep Elite.