Le chantier du nouveau CHPG visité par une délégation d’architectes et de directeurs hospitaliers

Le chantier du nouveau CHPG visité par une délégation d’architectes et de directeurs hospitaliers

Un chantier colossal et une reconstruction sur site impliquant de nombreuses contraintes : le futur CHPG a été visité hier par une délégation d’une cinquantaine d’architectes, d’ingénieurs et de directeurs hospitaliers, qui ont pu constater l’avancement des travaux mais aussi les mesures mises en place pour limiter les désagréments des travaux.

Le chantier est hors normes et devrait être achevé en 2032. Le nouveau Centre Hospitalier Princesse Grace, dont les travaux ont débuté en 2015, est estimé à plus de 795 millions d’euros. Hier, mercredi 30 octobre, il a fait l’objet d’une visite par une délégation d’architectes, d’ingénieurs et de directeurs d’établissements hospitaliers présents pour le congrès francophone des journées de l’architecture en santé à Menton. L’occasion de revenir sur la complexité de ce projet et sur son ampleur. C’est une reconstruction sur site qui a été choisie en 2012 pour pouvoir répondre au mieux aux besoins de la population monégasque, mais également à ceux des habitants des communes avoisinantes.

Un projet à 795 millions d’euros et un chantier terminé en 2032 

394 lits devraient être disponibles dans ce nouvel hôpital qui sera complètement opérationnel en 2032. Mais en attendant, impossible de fermer des services durant la durée du chantier. Le centre hospitalier fonctionne donc normalement et plusieurs mesures ont été prises pour que les travaux gênent le moins possible l’accessibilité et les soins. Ainsi, l’ensemble des façades a été couverte par un double vitrage pour éviter les nuisances sonores et les filtres de traitement de l’air ont été remplacés pour empêcher la poussière d’entrer. Des conditions qui ajoutent à la durée de la construction mais qui permettent aux patients et aux soignants de continuer à occuper les lieux et à l’établissement de rester ouvert. Les ailes A et B seront, en principe, livrées à la fin de l’année 2024.