La Principauté a publié dans son Journal Officiel, le 7 février dernier, un arrêté ministériel consacré aux fonds de capital-risque.

 

Monaco avait promulgué, en décembre 2016, une loi portant création de l’activité multi-family offices sur le territoire monégasque ; la Principauté essaie désormais d’attirer les firmes de capital-risque dans l’optique de renforcer l’attractivité de sa place financière.

Pour mémoire, Le capital-risque consiste, pour une personne ou une entité, à prendre une participation dans une nouvelle société présentant un bon potentiel de développement, dans le but de réaliser une plus-value sur la revente ultérieure des titres.

 

Montant minimum pour s’établir à Monaco

Précisons qu’un montant minimum d’actifs de 300 000 euros est nécessaire pour l’établissement d’un fonds de capital-risque en Principauté. Ce nouveau cadre réglementaire va permettre à la Principauté d’étoffer son offre financière et, par conséquent son attrait.

La place financière monégasque compte une centaine d’établissements financiers parmi lesquels une trentaine de banques et plus d’une cinquantaine de sociétés de gestion de portefeuille qui gèrent plus de 120 milliards d’euros, selon les chiffres publiés par « Monaco For Finance », l’organisme de promotion de la place financière monégasque, lequel fédère les banquiers, et les gestionnaires de patrimoine et de fonds, les family officers.

 

Former les générations futures à la finance

Afin de pourvoir aux besoins de la place, le Service de l’Emploi, l’Association Monégasque des Activités Financières (AMAF) et l’International University of Monaco (IUM) ont même signé il y a quatre ans un partenariat pour la mise en place d’une formation en alternance, le Bachelor « Monaco Banking & Financial Services », qui vise à former localement les jeunes générations aux métiers de la banque et de l’industrie financière.

Reste à savoir quels seront les fonds les plus friands de cette nouvelle offre monégasque.