Il semblerait que les Russes aiment Monaco. Les Russes, c’est une chose. Mais qu’en est-il de la Russie ? Retour rapide sur une petite histoire des relations russo-monégasques.

 

Les chiffres l’attestent : l’IMSEE (l’institut de statistiques monégasque) a évalué à 46 411 nuitées passées dans la Principauté par des touristes russes en 2016. Aussi, ce sont près de 800 résidents russes sur le petit territoire monégasque.

 

Une amitié née au XIXème siècle 

Il nous faut remonter au XIXème siècle, et plus précisément en 1877. Les premiers traités et accords commerciaux et politiques conclus entre l’Empire russe et la Principauté de Monaco datent du règne du Prince Charles III de Monaco et Alexandre II de Russie.

Bien que les relations entre les deux pays aient été suspendues pendant la Révolution de 1917, elles n’ont toutefois pas été rompues. Monaco n’avait simplement aucun intérêt prioritaire à traiter avec l’Union Soviétique pendant cette période, ou alors de loin en loin via l’ambassade soviétique en France.

 

L’ère Poutine 

Après l’admission en 1993 de la Principauté aux Nations Unies, Monaco et la Fédération de Russie n’ont ré-établi de vraies relations diplomatiques qu’en juillet 1996. Le Prince Rainier III nommera un consul – Nikolai Orlov – à Saint-Pétersbourg. Et Vladimir Poutine, actuel Président de la Fédération de Russie, a signé un décret présidentiel en 2006 avant d’entamer des négociations diplomatiques et économiques avec Monaco. Depuis, la Russie dispose d’un consulat sur le Rocher. Les relations entre les deux pays sont avant tout politique, mais pas seulement.

 

Des intérêts économiques et financiers… 

Les relations russo-monégasques sont certes, et à l’évidence, basées sur un intérêt économique certain. La Principauté attire les plus grosses fortunes russes. Le Monaco Economic Board a accueilli en 2015 plusieurs acteurs (dont certains sont devenus partenaires) économiques russes, à l’occasion de l’Année de la Russie que la Principauté a organisé en 2015, dans le but notamment de renforcer les relations entre entreprises russes et entreprises monégasques.

 

Ainsi, des accords ont été signés entre la Monaco Chamber of Commerce et plusieurs organismes économiques de Russie, tels que la Delovaya Rossia (Business Russia) ou L’Union des Industriels et des Entrepreneurs de Russie. La rencontre s’est réitérée en 2019, avec en ligne de mire, le même but : de nouveaux accords entre entreprises, le développement des projets de MonacoTech, et des rapprochements dans divers domaines (le marché du luxe, du tourisme, ou encore de la santé).

 

Michel Dotta, le président du Monaco Economic Board, a jugé : « cette mission économique est pour nous une réelle opportunité. Nous en sommes à notre troisième événement économique « russo-monégasque » . Nos précédentes rencontres nous ont permis de mieux nous connaître, nous avons maintenant toutes les cartes en main pour réaliser des affaires en commun, pour le bien de nos entreprises, de nos économies et de nos deux pays. »

 

… Et une histoire d’amour culturelle 

Il ne faut cependant pas se méprendre, et à ceux qui penseraient que les relations entre Monaco et la Russie se cantonnent à une simple affaire de gros sous, nous leur répondrons : que nenni ! Entre la Principauté et la Fédération de Russie, c’est aussi une véritable histoire d’amour culturelle.

Dès le XXème siècle déjà, les ballets de Diaghilev étaient mis en scène à Monaco, et c’est aujourd’hui au tour d’Evgeny Kissin avec ses reprises de Tchaïkovsky ou de Rachmaninov à l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo.

L’année dernière, quatre des artistes les plus populaires de Russie se sont produits sur la scène monégasque dans le cadre du programme « Russia loves Monaco », ou cet hiver encore avec le Cirque de Moscou sur glace qui a d’abord été initié en Russie, avant de venir régaler les yeux des Monégasques sur la patinoire du port de Monaco.

 

Bref, une aventure diplomatique qui n’est pas près de s’arrêter…