Le procès devant la Cour d’Assises des agresseurs de Jacqueline Veyrac a débuté lundi 4 janvier. Ce vendredi 8 janvier au palais de justice de Nice, la richissime propriétaire d’un palace à Cannes et d’un restaurant à Nice, est venue témoigner.

« Je n’ai pas grand chose à dire à part que ma vie à changé », c’est par ces quelques mots que Jacqueline Veyrac a débuté son témoignage qui a finalement duré 70 minutes. Et d’ajouter : «  Quand je sors, je suis stressée, je regarde partout et je suis moins insouciante qu’avant. » Si la propriétaire du Grand Hôtel cinq étoiles de Cannes et du restaurant La Réserve à Nice, est dans cet état d’esprit aujourd’hui, c’est suite à son enlèvement le 24 octobre 2016. En effet, la femme d’affaires au riche patrimoine avait passé 48 heures à l’arrière d’un Kangoo, bâillonnée, ligotée, et les yeux bandés en refusant de manger, boire ou dormir.

 J’entendais des gens passer près du véhicule. J’ai même tapé ‘SOS’ en morse avec mes pieds.

Jacqueline Veyrac

Qui sont les accusés ?

Le principal suspect est l’ancien directeur du restaurant la Réserve à Nice, Giuseppe Serena. Suite à la résiliation de son contrat en 2009, l’homme de 67 ans est accusé d’avoir ordonné l’enlèvement de la milliardaire afin d’obtenir une rançon de 5 millions d’euros. Une somme qu’il prévoyait d’utiliser pour ouvrir un nouveau restaurant. Même s’il nie les faits, il est aussi accusé d’avoir orchestré la tentative de kidnapping de Mme Veyrac en 2013.

Philip Dutton, ancien soldat britannique fait également partie des accusés. Si ce dernier a reconnu son implication dans les deux tentatives d’enlèvement, il n’en est rien pour Enrico Fontanella, également en ligne de mire. S’ajoute à ce trio, le détective privé Luc Goursolas et trois membres présumés de gangs niçois.