Publicité »
Portrait

Frank Giribaldi, « guide bienveillant » du centre de secours de Fontvieille

Frank Giribaldi
Direction de la Communication/Manuel Vitali

À 48 ans, l’adjudant Frank Giribaldi vient tout juste d’être nommé nouveau chef du centre de secours de Fontvieille. Le graal pour ce grand passionné, dévoué à la caserne depuis près de vingt-trois ans.

Il attendait avec impatience ce moment, tous les soirs, des étoiles plein les yeux. « Quand mon père rentrait d’intervention, j’étais en admiration devant lui, je reniflais sa veste, sourit Frank Giribaldi, nostalgique au moment de raconter ses souvenirs d’enfance. Mon père était pompier volontaire dans l’arrière-pays niçois, spécialisé dans les feux de forêts. »

Publicité

Il a franchi toutes les étapes, de jeune sapeur à adjudant

Une enfance passée à Roquebillière, un père pompier, une vocation dans les gènes, comment pouvait-il en être autrement ? « Après mon baccalauréat, j’ai commencé une licence de droit, mais les amphithéâtres, ce n’était pas mon truc. » La passion était trop forte. « J’ai décidé d’entrer à la caserne de Roquebilière comme pompier volontaire. »

LIRE AUSSI : Jean-Antoine Odasso, sapeur-pompier de Monaco, la passion dans la peau

Publicité »

Le début d’une longue et belle carrière. Attiré par la rigueur militaire, Frank Giribaldi décide de franchir le pas et de se rendre dans la capitale pour intégrer la mythique brigade des sapeurs-pompiers de Paris. « C’est une brigade qui véhicule une certaine image. » Un honneur d’abord, puis l’affirmation d’un talent certain qui l’a conduit à retrouver la Côte d’Azur pour incorporer le corps des sapeurs-pompiers de Monaco.

Frank Giribaldi
©Direction de la Communication/Manuel Vitali

Une autre unité réputée, au sein de laquelle le nouveau chef du centre de secours de Fontvieille multiplie les interventions et franchit les étapes. Entré jeune sapeur, Frank Giribaldi devient tour à tour caporal, sergent, sergent-chef, adjudant et enfin désigné à la tête du centre de secours de Fontvieille. Une consécration.

Il gère ses hommes avec une méthode « paternaliste »

« Il y a une certaine forme d’émotion au moment de prendre le commandement d’un centre de quarante personnes, confie-t-il. C’est un immense challenge, notamment d’un point de vue humain. » Passé également quelques années par le centre de secours de la Condamine, le Niçois a réalisé des interventions d’envergure tout au long de sa carrière.

Publicité »

Les garçons ont soif d’apprendre, sont très ouverts et ont un immense potentiel

Frank Giribaldi

Des feux d’habitation, dont l’un plus marquant où il a secouru une femme et son enfant au sommet de la grande échelle de 30 mètres, en passant par des incidents chimiques ou plus récemment par une intervention en tant que chef de détachement lors de la tempête Alex en 2020.

Une expérience riche qu’il transmet aujourd’hui à ses hommes. « Les garçons ont soif d’apprendre, sont très ouverts et ont un immense potentiel, explique-t-il. Je les commande comme j’aurais aimé que l’on me commande. C’est à dire en mettant l’humain au coeur de nos relations. Mon voeu le plus cher et qu’il se sentent épanouis chez eux et dans leur travail. J’ai eu la chance de gravir les échelons et je sais ce qu’ils attendent. »

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Jean-François Deligeard, super-héros des mers

Grand fan de sports mécaniques mais aussi de musique et de groupes comme Pink Floyd, ce père d’un jeune guitariste talentueux de 16 ans entend transmettre sa flamme à ses équipes durant les prochaines années. « Durant toute ma carrière, j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même. Je vais essayer maintenant d’être le meilleur chef de centre possible. »

Épanoui dans sa vie personnelle et professionnelle, Frank Giribaldi ne manque pas de faire rejaillir ce bonheur sur les sapeurs-pompiers de Monaco. Avec lui, le centre de secours de Fontvieille est décidément entre de bonnes mains.