Pratique

5 conseils pour un Noël responsable

deco-noel
© Unsplash

C’est l’une des fêtes les plus attendues de l’année pour les petits et les grands, mais son impact sur la planète est plus important que ce que l’on croit. Déco, cadeaux, repas… L’association monégasque Ecopolis nous confie les astuces pour passer un Noël plus vert.

1. Le sapin : naturel ou synthétique ?

C’est la grande question. Pour l’association Ecopolis, il est préférable de choisir un arbre naturel. Même si un arbre coupé est un arbre mort, la production de sapin est « raisonnée et contrôlée et les sapins sont cultivés sur des sols acides qui sont inadéquats pour d’autres cultures », expliquent ses membres, qui précisent que 8 sapins sur 10 sont cultivés en France. Au moment de l’achat, cherchez les labels : Plante bleue, MPS, Agriculture biologique : « ils aident à reconnaître les sapins cultivés dans le respect de l’environnement. »

Et puis, une fois les fêtes terminées, pensez bien sûr au recyclage ! « Pas de neige artificielle ou de flocage dessus qui dégrade l’air avec ses molécules polluantes ! Le sapin naturel peut être recyclé et transformé en compost par la SMA à Monaco. » En effet, pour recycler votre sapin, il suffit de le déposer dans un bac spécialisé pour son compostage, vous pouvez également le broyer pour le transformer en compost si vous avez la chance d’avoir un jardin. S’il est en pot, replantez-le sans tarder.

Quant au sapin artificiel, bien qu’il soit réutilisable, il faudrait le conserver au moins 20 ans – au lieu de 3 comme le veut l’usage – pour limiter son impact environnemental. Les bénévoles rappellent par ailleurs que le sapin artificiel, fait de plastique, « n’est pas biodégradable et provient souvent de pays asiatiques. » Finalement, si l’on prend en compte la fabrication, le transport et le recyclage, le sapin naturel remporte le match avec un bilan carbone 2,6 fois moins important que son concurrent artificiel. L’idéal reste quand même de le fabriquer soi-même, avec des bouts de bois ou sur une plante. Avec un peu d’imagination, tout le monde peut y arriver !

2. Les décos : beaucoup peuvent être faites maison

Pour les guirlandes lumineuses, « optez pour des guirlandes à ampoules LED et possiblement avec panneaux solaires intégrés », recommandent les bénévoles d’Ecopolis. Les ampoules LED sont à la fois économes, résistantes et moins dangereuses, car elles ne chauffent pas. Côté guirlandes simples, pensez à celles conçues écologiquement par des associations. « En plus d’être responsables, puisque fabriquées à base de matériaux recyclés ou naturels, elles sont aussi solidaires. » Sinon, faites-les vous-même avec « des rubans multicolores, un peu de ficelle et de la colle. » Le fait maison sera toujours la solution la plus écologique et économique !

Concernant les bougies, préférez celles à base de cire végétale, sans parfum, tout en accordant une attention particulière à l’origine du produit. Mais là encore, vous pouvez créer vos bougies vous-même, en vous inspirant des nombreux tutoriels sur le web.

3. Les cadeaux : 57% des émissions de CO2 de Noël

Trouver LE cadeau qui fera plaisir, c’est le casse-tête de Noël… Mais parfois, malgré tous les efforts déployés, ça rate. 27 % des Français déclarent avoir reçu des cadeaux qu’ils n’utilisent jamais, ce qui représente 12 millions de cadeaux. Cela semble incroyable, mais « tous les ans, près d’1 million de cadeaux non désirés sont directement jetés à la poubelle », nous disent les bénévoles d’Ecopolis.

Les cadeaux polluent, ils représentent plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre de Noël. Alors d’abord, évitons les « cadeaux » inutiles pour privilégier les bons cadeaux ou les expériences : un abonnement au cinéma, à une revue ou à une activité sportive, une place de théâtre ou de concert, des bons pour des cours de cuisine, de danse, de langue étrangère, un soin, un dîner au restaurant… les idées sont nombreuses.

Pour ceux qui tiennent à offrir un cadeau matériel, vous avez toujours la possibilité de vous tourner vers la seconde main. Pour le neuf, il convient de privilégier « les cadeaux durables et l’artisanat, le « made in Monaco », « made in France » ou « Italie », et d’éviter de commander en ligne à l’autre bout du monde. » Pour les enfants, optez pour des jouets sans piles, sans parfum et en bois avec un label environnemental plutôt qu’en plastique. Privilégiez également les doudous lavables en coton bio.

Attention pour les emballages, tous les papiers ne sont pas recyclables ! « Choisissez du papier FSC, peu coloré ou avec des sujets neutres », conseillent les membres d’Ecopolis, car les papiers pailletés, métallisés ou plastifiés sont impossibles à recycler. Vous pouvez également créer des emballages durables, comme des boites cadeau ré-utilisables, des sacs-cadeau en tissu et des pochettes.

4. Le repas : éviter la viande rouge

Les fêtes de fin d’année, c’est le moment de se faire plaisir à table, mais là aussi, il est possible d’être plus responsable. D’abord, sachez que plus il y a de viande sur la table de Noël, plus votre assiette contribuera au réchauffement climatique. Notez que la viande rouge pollue particulièrement, « il est donc préférable de cuisiner de la dinde ou du chapon français », indique Ecopolis. Le poisson reste une meilleure option, pourvu qu’il soit sauvage et non d’élevage ou victime de la surpêche (mieux vaut par exemple de la truite que du saumon).

En accompagnement : des fruits et légumes bios, de saison et locaux ! Exit donc les produits exotique importés par avion… Heureusement, le champagne lui, est français ! D’ailleurs, côté boissons, l’eau du robinet servie dans une jolie carafe fera son petit effet sur la table du réveillon. « Son éventuel goût de chlore disparaît après un bref séjour au réfrigérateur. »

5. Après la fête : non au gaspillage

Pour éviter le gaspillage, pensez en amont à établir une liste précise de tout ce qui est nécessaire pour réaliser le repas, et le lendemain du réveillon, cuisinez les restes ! « Marrons, potirons et patates douces pourront se transformer en purée ou, plus savoureux, en veloutés. Les restes de la dinde seront parfaits en gratin ou plus original, en rillettes. Le foie gras accompagnera à merveille des œufs cocotte. Le saumon s’utilise dans un plat de pâtes, une tourte, une quiche », énumère l’une des bénévoles.

Enfin n’oubliez pas de faire le tri ! Le verre dans la poubelle verte, les emballages en carton et en plastique dans la poubelle jaune, et les restes alimentaires dans votre compost. Vous avez désormais toutes les clés en mains, il n’y a plus qu’à vous souhaiter un joyeux Noël !