C’est l’une des dernières villas Belle Époque de Monaco. Même si sa date de construction exacte est inconnue, elle aurait été établie au début des années 1900 et elle appartenait à la famille Blanc, très influente dans l’essor de la Société des Bains de Mer et du Casino de Monte-Carlo.


À cette époque, le quartier qui longe le littoral est appelé Quartier des Bas-Moulins et la plage du Larvotto n’existe pas encore. La propriété nouvellement acquise descend jusqu’au chemin qui longe la mer. Puis en 1904 que le peintre Robert Sauber achète la villa à Edmond Blanc. Devant les similitudes qu’elle présente avec l’Opéra construit à la même époque par Charles Garnier, il a souvent été tentant de l’attribuer au célèbre architecte de la Belle Époque.

Au début des années trente, les époux Sauber, alors âgés, lèguent la Villa aux Fonds de secours des Tribunaux de simple police de Londres. Les Tribunaux de police de Londres restent propriétaires de la Villa pendant une quinzaine d’années et, en 1952 Mademoiselle Nora Mac Caw en prend possession à son tour, elle la revendra en 1957 à la Société Immobilière de l’Avenue Princesse Grace. Enfin, en 1969, la Société Immobilière Domaniale de Monaco rachète la propriété à cette société. Dès lors, la maison et son jardin demeurent la propriété de l’État monégasque. Aujourd’hui, il s’agit d’un musée d’art contemporain avec deux expositions annuelles.