Le commanditaire présumé, gendre de la milliardaire assassinée, a été auditionné par la cour d’Assise des Bouches-du-Rhône.

Le moment était très attendu par les parties civiles : l’audition devant la cour d’Assisse d’Aix-en-Provence, ce jeudi 27 septembre, de Wojciech Janowski, le commanditaire présumé des meurtres d’Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich. La veille, Pascal Dauriac, son ancien coach sportif, avait réitéré sa version des faits. Selon lui, le compagnon de la fille de la milliardaire lui a donné 140 000 euros pour recruter une équipe de tueurs afin de liquider sa propre belle-mère, héritière de l’empire immobilier Pastor. Et tuer au passage son chauffeur pour faire croire à un crime crapuleux.

Une « pure invention », a répété le Polonais devant la cour qui l’a interrogé pendant près de sept heures. De même, s’il a avoué en garde à vue et face au juge d’instruction, c’était pour que les enquêteurs libèrent sa campagne Sylvia, atteinte d’un cancer. Pour lui, c’est Dauriac le coupable. Un Dauriac qui lui aurait soutiré 400 000 euros en échange d’une protection fantôme pour une soi-disant menace pesant sur sa famille.

De quoi rendre perplexe une cour échaudée par la personnalité de cet homme dont le procès a révélé la face trouble. Faux diplômé de Cambridge, industriel raté, Janowski aurait manipulé sa compagne à plusieurs reprises, laquelle lui versait la majeure partie des 500 000 euros mensuels alloués par sa mère. Avec cet argent, il faisait de la cavalerie financière. Englué dans des affaires suspectes en Pologne, l’ancien consul général de Pologne – un vague titre honorifique – a toujours voulu donner le change, mais il était en réalité en faillite.