Eric Ciotti a été élu président de la Fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes. Ses adversaires soupçonnent des fraudes. Pas de quoi déstabiliser le nouvel homme fort de la droite azuréenne. Qui a toujours les municipales de Nice en ligne de mire.

Le premier accuse son adversaire d’être « le président officieux d’En marche », le mouvement d’Emmanuel Macron. Le second dénonce le « virus de la fraude » qui affecte son rival. Rien ne va plus entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, les anciens alliés de la Côte d’Azur qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle du département. Et le second nommé a le vent en poupe. Il a été élu, samedi dernier, président de la Fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes. Sans surprise, car il était le seul candidat en lice. Mais avec 88% des suffrages, il démontre que sa cote de popularité ne faiblit pas auprès des militants. Ce qui est, indirectement, un désaveu pour son adversaire dont les soutiens n’ont pas tardé à réagir.

Ciotti verrouille désormais le département

Ainsi, dans un communiqué envoyé aux rédactions, la députée Marine Brenier, la sénatrice Dominique Estrosi-Sassone et le conseiller régional Pierre-Paul Leonelli, ont affirmé que « de nombreux militants » leur avaient fait part « de multiples irrégularités tout au long du processus électoral et de difficultés pour voter ». En cause notamment, les 70% de participation à Nice, dans des bureaux de vote sensément acquis à leur champion, maire de la ville.

De son côté, le nouveau président de la Fédération s’est dit « serein » et renvoie à l’avis émis par Jean Leonetti, désigné par le parti comme le référent départemental pour ce scrutin. Interrogé à ce sujet, la maire d’Antibes a déclaré que « ce scrutin par vote électronique s’est déroulé dans la plus grande sérénité ». Pour ce dernier, qui a pris soin d’aller contrôler lui-même les deux bureaux de vote niçois, si « l’on parle de fraude massive, il faut en apporter les preuves, sinon cela relève de la diffamation ».

En attendant, Eric Ciotti verrouille le département. Les différents postes de délégués de circonscriptions ont été nettement gagnés par ses lieutenants face aux fidèles de Christian Estrosi – dont les trois signataires du texte envoyé à la presse… La voie menant à la mairie de Nice, en 2020, est libre pour le nouvel homme fort de la droite dans les Alpes-Maritimes.