Clap de fin au procès Pastor, perpétuité pour Janowski

Clap de fin au procès Pastor, perpétuité pour Janowski

Le Procès Pastor s’est achevé cette semaine. Reconnu coupable d’avoir commandité le double meurtre, Wojciech Janowski finira ses jours en prison.

Le délibéré des jurés n’aura duré que quelques heures. Presque un record en la matière. Il faut dire que leurs votes ne laissaient pas beaucoup de place au doute au terme des cinq semaines du très médiatique procès Pastor. Une affaire hors-norme, ayant abouti à l’accusation de dix personnes, du petit voyou des quartiers marseillais à l’estimable consul honoraire de Pologne à Monaco. Un « assassinat en bande organisée », selon la qualification du parquet, qui implique également un coach sportif, une avocate monégasque et des intermédiaires désireux de gagner quelques centaines d’euros.  « Un vol de vautours autour du cadavre d’Hélène Pastor », a résumé l’avocat général.

Les jurés des Bouches-du-Rhône ont prononcé trois peines de réclusion criminelle à perpétuité. D’abord à l’encontre de Wojciech Janowski, le gendre de la milliardaire assassinée. Un de ses avocats a reconnu, mardi, qu’il avait bien commandité le meurtre d’Hélène Pastor, mais pas celui de son chauffeur Mohamed Darwich. Après la plaidoirie de la défense, lui-même avait présenté des « excuses » à son épouse et à ses enfants. Etrange revirement que ces aveux partiels, arrivés trop tard pour provoquer la clémence de ses juges.

Le mobile sordide et crapuleux retenu par les jurés

Ses avocats, maîtres Dupond-Moretti et Febbraro, ont immédiatement annoncé leur décision de faire appel. Pour eux, Janowski aurait agi par amour pour sa campagne Sylvia, maltraitée par sa mère. Les jurés ne les ont pas suivis. Ils ont retenu le mobile sordide et crapuleux : faire supprimer sa belle-mère aurait permis à Janowski de toucher sa part d’héritage en cas de décès de sa campagne, atteinte d’un cancer, et de renflouer les caisses de ses sociétés en faillite.

Les deux exécutants – le tireur, Samine Saïd Ahmed, et le guetteur, Al Hair Hamadi – écopent eux aussi de la réclusion criminelle à perpétuité. Le coach sportif de Wojciech Janowski, Pascal Dauriac, a pour sa part été condamné à trente ans de prison pour son rôle d’organisateur. Des peines correspondant au réquisitoire du parquet.

Par ailleurs, des peines allant jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle, ont été prononcées à l’encontre de quatre autres accusés. Deux d’entre eux ont été acquittés. Clap de fin pour ce fait-divers sanglant, parmi les plus retentissants de la Côte d’Azur.