Le Monégasque Charles Leclerc a une nouvelle fois marqué des points importants au grand Prix du Brésil, disputé ce 11 novembre. Le futur pilote Ferrari a réalisé une course tout en maîtrise.

Après sa belle performance au Mexique, Charles Leclerc signe une deuxième septième place consécutive au Grand Prix du Brésil. A l’approche de la fin de saison, il s’impose au volant de sa Sauber C3 comme le champion de « l’autre course ». Celle qui oppose les outsiders derrière les intouchables top teams (Mercedes, Ferrari et Red Bull).

« C’est juste incroyable aujourd’hui. On est les meilleurs des autres encore une fois. On ne pouvait pas espérer mieux, même si j’y croyais dans mon casque », a réagi la Monégasque après la course.

Septième sur la grille, Charles Leclerc gagne une place dès le départ. S’il cède ensuite rapidement, mais logiquement, la sixième position à Daniel Ricciardo, parti derrière en raison d’une pénalité subie pendant les qualifications, le pilote n’a rien lâché face au reste du peloton. Et notamment face aux Haas de Romain Grosjean et de Kevin Magnussen. Au 31e tour, il comptait déjà huit secondes d’avance sur le premier et neuf sur le second. Après l’arrêt au stand, le pilote Sauber avait rendu une seconde à Grosjean mais laissé loin derrière Magnussen, obligé de prolonger son premier relais. L’écart restera le même jusqu’au drapeau à damier.

Pendant quelques tours, Leclerc se paiera même le luxe de résister à Sébastien Vettel qui revenait des stands. Comme pour montrer à son futur coéquipier chez Ferrari qu’il ne sera pas facile à doubler l’année prochaine.

Grâce à cette performance, Sauber rentre dans les points pour la neuvième fois de la saison. Ceux-là lui permettent de creuser un écart de neuf unités sur Toro Rosso, à la huitième place du classement des constructeurs. L’écurie suisse pourrait même chiper la septième place à Force India – six points séparent actuellement les deux équipes. Il lui reste le Grand Prix d’Abu Dhabi pour réaliser l’exploit. Mais quoi qu’il arrive désormais, elle pourra remercier son pilote monégasque en fin de saison. Le roi des outsiders du circuit s’installera alors dans le baquet de la Ferrari de Kimi Raikkonen. A armes égales, il se mesurera enfin aux meilleurs.