Après une absence remarquée l’an dernier, les films de la plateforme de streaming Netflix, pourraient faire leur grand retour en sélection officielle pour la 72e édition du Festival de Cannes, du 14 au 25 mai prochain.

Il y a comme un vent de réconciliation dans l’air, entre Netflix et le célèbre festival. En 2018, le géant américain, qui s’était vu refuser la participation de ses productions en sélection officielle, avait boycotté la croisette. Un refus survenu un an après l’importante polémique créée par la présence en compétition de Okja et The Meyerovitz Stories, deux productions signées Netflix, non sorties en salles. Et pourtant, il semblerait que les avis aient évolué cette année, du côté du Festival de Cannes.

« L’idée est d’intégrer leurs films à la compétition officielle, à condition qu’ils soient visibles en salles. »

En effet, selon RTL, une proposition va être faite par Thierry Frémaux, Délégué Général du festival, à Netflix, Amazon, et Apple, nouveaux protagonistes phares de la production cinématographique et mastodontes du streaming. Une porte ouverte, non sans exigence : « L’idée est d’intégrer leurs films à la compétition officielle, à condition qu’ils soient visibles en salles. »

Une condition sine qua non pour le Festival, mais surtout un impératif français, qui veut qu’un film soit diffusé au cinéma avant de pouvoir envisager une diffusion sur tout autre écran (télé, tablettes, ordinateurs, etc). Une règle difficilement contournable, quelque peu problématique en l’état pour les plateformes de streaming, reines de la vidéo à la demande sur petit écran.

On ne note, pour l’heure, aucune réaction ou commentaire de la part de Netflix. Force est de constater cependant, le timing de cette offre de la part du Festival, se présentant alors même que la production Netflix, Roma (réalisé par Alfonson Cuaron), déjà lauréat d’un Lion d’Or à Venise, et de deux Golden Globes, semble l’un des grands favoris à la courses aux statuettes dorées, avec 10 nominations à Oscars.