Cannes 2019 : Un Certain Regard et la Queer Palm dévoilent leurs palmarès

Cannes 2019 : Un Certain Regard et la Queer Palm dévoilent leurs palmarès

Avant la cérémonie de clôture ce soir, les différentes sections parallèles et sélections spéciales ont honoré plusieurs films du festival. Le film brésilien La Vie invisible d’Euridice Gusmao a ainsi remporté le Prix Un Certain Regard, quand la Queer Palm a été décernée à Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma.

Chaque année, Un Certain Regard permet aux festivaliers de découvrir des cinéastes émergents ou des films « radicaux » réalisés par de grands noms du cinéma d’auteur. La sélection, si elle est d’abord une vitrine, est aussi compétitive : hier soir, le jury, présidé par Nadine Labaki, a distingué plusieurs films et personnalités. Le Prix Un Certain Regard a été remis au cinéaste Karim Aïnouz, pour son mélodrame sur le Brésil des années 1950, La Vie invisible d’Euridice Gusmao. Le Prix du Jury a salué Viendra le feu, drame espagnol tourné par Oliver Laxe. Chiara Mastroianni a été couronnée du Prix d’Interprétation, pour son rôle dans Chambre 212, de Christophe Honoré.

Queer palm et sections parallèles

Fêtant cette année ses dix ans, la Queer Palm honore chaque année le film qui met en avant des thématiques LGBTQ+ parmi tous ceux projetés à Cannes, que ce soit en sélection officielle, à la Quinzaine des Réalisateurs ou à la Semaine de la critique. Le jury de ce prix spécial, présidé par Virginie Ledoyen, a distingué Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, qui narre la relation naissante entre une future épouse et une peintre, dans la noblesse du XVIIIè siècle. Plus tôt cette semaine, les sections parallèles de Cannes avaient livré leurs différents palmarès, en attendant celui de la Compétition : J’ai perdu mon corps, film d’animation de Jérémy Clapin, a reçu le Grand Prix Nespresso de la Semaine de la Critique. Du côté de la Quinzaine des réalisateurs, les partenaires de cette section parallèle ont mis en avant deux films français : Une fille facile, de Rebecca Zlotowski avec Zahia Dehar a gagné le prix SACD du long-métrage francophone, et Alice et le maire, de Nicolas Pariser avec Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier a été honoré du prix du Label Europa Cinémas du long métrage européen.