Le hautbois, instrument phare du prochain concert de l’Orchestre Philharmonique

Le hautbois, instrument phare du prochain concert de l’Orchestre Philharmonique

Ce dimanche 27 octobre, à 15h, ne manquez pas à l’Opéra de Monte-Carlo, le dernier concert en date de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, qui proposera des œuvres de Wagner, Strauss et Schönberg et mettra en avant le hautbois de Matthieu Petitjean.

Depuis septembre 2016, Kazuki Yamada est le directeur artistique et musical de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo et il n’a de cesse de présenter des concerts étonnants, qui marquent durablement les esprits, ne serait-ce que par sa gestuelle quand il dirige l’orchestre ou le choix des œuvres qu’il sélectionne avec minutie. Ce sera encore le cas ce dimanche 27 octobre, avec un concert intitulé Amours prodigieuses et qui mettra en avant trois compositeurs d’exception. Première œuvre présentée, le morceau Siefried-Idyll, de Richard Wagner qu’il a composé en 1870 pour un orchestre de 13 musiciens et qui fut un cadeau dédié à son épouse Cosima, pour son 33e anniversaire.

Sensualité et hautbois

On retrouvera ensuite La Nuit transfigurée, opus 4 d’Arnold Schönberg, œuvre infiniment romantique et qui s’inscrit dans la droite lignée de Brahms et Wagner, tout en ayant une démarche plus sensuelle et délicate. Pour finir, Kazuki Yamada a décidé de mettre le hautbois au cœur du dernier morceau, le Concerto pour hautbois et petit orchestre en ré majeur de Richard Strauss. Un concerto dans lequel le maître cite ses propres partitions, car on retrouve des notes de Till l’Espiègle, Don Quichotte ou encore Le Chevalier à la rose. Et c’est le soliste Matthieu Petitjean que l’on pourra applaudir au hautbois. Un concert qui donnera envie de tomber amoureux…