Le Prince Albert II de Monaco se serre la ceinture avec sa décision de diminuer de 40% le budget de fonctionnement du Palais princier face aux « conséquences économiques sans précédent » de l’épidémie de coronavirus. L’annonce est arrivée quelques heures avant que le Conseil national ne s’apprêtait à voter un budget rectificatif de l’Etat lourdement déficitaire.

« La gravité de la situation impose une gestion financière rigoureuse (…) aux fins d’une diminution globale des dépenses de l’Etat », a souligné la Principauté dans un communiqué. « Dans ce contexte, le Prince souverain a décidé de réduire les dépenses de fonctionnement du Palais princier avec une baisse de près de 40% de sa dotation qui passe de 13,2 millions d’euros à 8 millions d’euros », ajoute-t-elle.

Un déficit sans précédent

Mardi soir, le Conseil national de Monaco a voté à l’unanimité le premier budget rectificatif de cette année 2020 en déficit de quelque 478 millions d’euros (soit près du tiers du budget primitif). En cause, une baisse anticipée des recettes de l’Etat d’environ 175 millions d’euros, principalement liée à une chute de la TVA, et des dépenses exceptionnelles de l’ordre de 300 millions d’euros.

Il s’agit d’un budget totalement inédit dans l’Histoire de la Principauté.

Les dépenses exceptionnelles ont été engagées en raison de la crise sanitaire pour financer des aides pour préserver l’économie de la Principauté, ses entreprises et ses salariés

La solidité du modèle économique et social

Alors qu’il donne l’exemple de la rigueur, le Prince assure dans son communiqué avoir « toute confiance dans la solidité du modèle économique et social de la Principauté de Monaco pour surmonter cette crise sanitaire aux conséquences économiques sans précédent ».

Le Rocher a été touché par l’épidémie et le Prince Albert II avait lui-même contracté le virus mais est depuis guéri. À ce jour, 94 personnes ont été touchées par le coronavirus en Principauté. Le Gouvernement princier a décrété un confinement jusqu’au 3 mai.

[instagram-feed]