Après une interruption en mars dernier pour cause de confinement, le procès en appel de Wojciech Janowski, condamné à la perpétuité pour avoir commandité l’assassinat de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, s’est ouvert le 2 novembre à Aix-en-Provence.

Aussi tôt repris, aussi tôt reporté. Peu après sa réouverture, le procès a une nouvelle fois était déplacé. C’est dire que les avocats de la défense avaient demandé un report du procès, qui devait réunir une cinquantaine de personnes dans une salle sans fenêtre. Le tout pendant un mois. Soit un scénario inenvisageable en ce contexte de crise sanitaire. S’ajoute à cela, la mobilisation de l’avocat du tireur présumé dans un autre procès. Un concours de circonstances qui a incité la cour d’assises d’appel d’Aix-en-Provence au « renvoi de l’affaire. »

Une affaire irrésolue depuis 2014

C’est un crime qui avait bouleversé la Principauté. Le 6 mai 2014, Hélène Pastor (77 ans), et Mohamed Darwich (63 ans), avaient été mortellement blessés par balles, devant un hôpital à Nice où la milliardaire venait de rendre visite à son fils, Gildo Pastor. Deux ans plus tard, le gendre Wojciech Janowski avait été condamné à la prison à vie pour avoir été l’instigateur du guet-apens qui a coûté la vie à sa belle-mère et à son chauffeur. Même si aucune nouvelle date du procès n’a été annoncée, il est possible que l’accusé se redise « innocent », comme il l’avait clamé en mars dernier. Affaire à suivre.