La décision est tombée. Il n’y aura pas d’ouverture des remontées mécaniques avant 2021. D’ici là, le Premier ministre français, Jean Castex, s’engage à soutenir les stations avec « un plan montagne » de 400 millions d’euros et évoque une date d’ouverture au 7 janvier. Tour d’horizon des mesures pour se rendre en station en toute sérénité. 

À défaut de valider l’ouverture des remontées mécaniques pour Noël, Jean Castex a toutefois fixé un horizon « sous réserve que les conditions sanitaires le permettent » précise Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’état chargé du Tourisme. Dans tous les cas, l’ouverture des remontées ne se fera pas sans un protocole sanitaire strict. 

Un protocole commun à toutes les stations

Mis en ligne sur le site de France Montagnes et repris sous forme de tableau par tous les Offices de Tourisme, ce protocole prévoit notamment la mise à disposition par chaque municipalité d’un local destiné à l’isolement des personnes contaminées. Les cours collectifs seront limités à cinq participants, tandis que les pisteurs et secouristes seront habilités à pratiquer les tests. Le port du masque sera obligatoire dans tous les lieux publics, intérieurs et extérieurs, à partir de 11 ans. Plusieurs marques de sport ont d’ailleurs imaginé des modèles de tours de cou équipés de masques filtrants anti-Covid. 

Des conditions d’annulation assouplies

Toutefois, pour rassurer ceux qui hésitent encore à planifier leur séjour au sommet, les stations proposent des facilités d’annulation. Hébergeurs, écoles de ski, remontées mécaniques, loueurs de matériel… tous ont simplifié leurs conditions d’annulation liées au Covid-19. En cas de restriction de déplacement ou de confinement, aucun justificatif ne sera demandé. Mais il faudra en fournir un si vous annulez pour raison sanitaire personnelle (contamination, cas contact). 

>> À LIRE AUSSI : Quand les remontées mécaniques rouvriront-elles ?