Dans un communiqué publié mardi 2 février, le Conseil national a réagi aux mesures prises par la France, à savoir la présentation d’un test PCR négatif pour les résidents monégasques afin de se rendre au-delà de 30 km de Monaco.

Pour rappel, depuis le 1er février, les Monégasques et résidents de la Principauté qui souhaitent se rendre au-delà de 30 km de leur domicile en France, doivent présenter le résultat négatif d’un test PCR de moins de 72 heures. En cas de contrôle, ils seront contraints de justifier d’un motif impérieux. Une nouvelle qui n’enchante pas les membres du Conseil national qui ont fait part « de leur incompréhension et de leur émotion face à une mesure particulièrement restrictive et pénalisante. »

>> À LIRE AUSSI : ENQUÊTE. Comment la Principauté gère-t-elle la crise sanitaire ?

Ces dispositions n’étant pas réciproques pour les Français, le Conseil national les qualifie comme « incompréhensibles, au regard des relations de voisinage entre les deux États, et de l’intégration géographique de la Principauté au sein du département des Alpes-Maritimes. »

Un régime d’exception en négociation

Face à ces nouvelles mesures, le Conseil National a donc demandé par courrier au Ministre d’État, que le Gouvernement discute avec ses interlocuteurs français d’un régime d’exception à ce décret pour Monaco.

Travel Club Monaco

>> À LIRE AUSSI : La Principauté de Monaco est-elle vraiment plus épargnée par la Covid-19 ?

Par ailleurs, le Président Stéphane Valeri a sensibilisé les présidents des groupes d’amitié France-Monaco au Sénat et à l’Assemblée Nationale, pour qu’ils interviennent auprès de leur Gouvernement. De plus, le Gouvernement princier peut compter sur le Conseil National pour le soutenir dans ses démarches.