Face aux problèmes que posent les « voitures ventouses » dans les parkings publics, la Principauté de Monaco a décidé d’agir avant de se retracter.

Elles sont au nombre de 400 pour le seul mois de janvier 2021, les voitures qui ne bougent pas du même endroit durant des mois s’exposent à une majoration de 60 euros. Cependant, face à une ambiguïté entre l’encouragement à moins circuler en voiture et cette majoration qui pousse à sortir sa voiture, la Conseiller de Gouvernement-Ministre de l’Equipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, Marie-Pierre Gramaglia a décidé de suspendre cette mesure et de la réévaluer.

Cette année dans le collimateur : les personnes qui ont souscrit un abonnement résidentiel et qui n’ont pas bougé leur véhicule depuis un mois. Ces « véhicules ventouses » qui sont en augmentation appartiennent souvent à des résidents propriétaires à minima de deux véhicules, voire plus, qui sont utilisés que très rarement.

Pour plus de fluidité

Pour éviter que ces places de parking public ne se transforment en « emplacement réservé », le Gouvernement Princier souhaite entamer une discussion avec les résidents abonnés. En effet, ces emplacements pourraient être libérés pour un autre usager et permettraient de retrouver une plus grande fluidité alors que le nombre de personnes en liste d’attente pour les parkings publics est de 6 000. Les 17 000 emplacements des parkings publics de la Principauté ne semblent donc pas suffisants. Eric Sciamanna, chef du service des parkings publics souligne que  « la mission au quotidien des équipes des parkings publics c’est d’être au service du plus grand nombre, l’exemple de ces voitures ventouses vient à contre-courant de ce principe. »

En attendant que ce dossier évolue, il est important de préciser que les « petits rouleurs » qui utilisent leur voiture au maximum 15 fois par mois sont récompensés d’une remise de 10 euros sur la facture mensuelle des parkings publics.