Atteint d’une maladie génétique rare de l’œil, Thomas Rodier est en train de perdre la vue, mais il n’a certainement pas perdu sa détermination et sa joie de vivre. Déterminé à continuer à faire du skateboard dans les rues de Menton et d’informer sur les différents symptômes de sa maladie, cet ancien étudiant monégasque a lancé une une cagnotte et il a atteint près de la moitié de son objectif de 100 000 euros, en six mois seulement.

Chez lui, dans les rues multicolores de Menton, Thomas Rodier a commencé à raconter son histoire le 28 novembre 2020 : le jour où les médecins lui ont annoncé qu’il allait devenir aveugle.

« Je savais que je ne voyais pas très bien, mais je ne réalisais pas que je devenais aveugle, » explique le jeune Mentonnais de 20 ans, originaire de Nice, en se remémorant le choc lorsqu’il a appris qu’il était atteint de rétinite pigmentaire (RP).

Pendant des années, avec une sensibilité à la lumière, il a rencontré des difficultés d’équilibre et se cognait souvent contre des murs. Les médecins auraient négligé ce que Thomas décrit comme des « symptômes assez frappants. » Il a fallu 10 ans aux spécialistes pour se rendre compte que les cellules de sa rétine, le tissu sensible à la lumière situé au fond de l’œil, se dégradaient lentement. En conséquence, il est aujourd’hui « à 90 ou 95 % aveugle. »

« Sauvez mes yeux » : une cagnotte à six chiffres

Lorsque la nouvelle est tombée, l’ancien étudiant en ingénierie n’a pas perdu de temps pour essayer de tirer le meilleur parti de la situation. Il met en place une cagnotte en ligne pour réunir assez d’argent pour financer deux types de traitement : l’acupuncture en Suisse et la thérapie par cellules souches aux États-Unis. Il crée la campagne « Sauvez mes yeux » en décembre 2020, sur la plateforme Leetchi, avec un objectif ambitieux de 100 000 euros.

« Je ne m’attendais pas à récolter autant, » dit-il. Il décrit à quel point il est reconnaissant envers les centaines de donateurs. Pour être exact, 658 participants se sont déjà manifestés. En l’espace de six mois seulement, il a recueilli 44 570 euros de dons. Si les amis et la famille ont apporté la plupart des contributions, il admet qu’il y a eu « un peu de chance » d’avoir autant de succès.

C’était comme gagner à la loterie

Un kebab qui attire l’attention d’une célébrité

Lorsque Thomas se promène dans les rues de Menton et de Monaco, d’où proviennent la plupart des dons, c’est toujours avec son matériel : un sac rempli d’affiches et de cartes.

Grâce au soutien des entreprises locales, qui ont accepté d’afficher des posters dans leurs vitrines, la campagne a reçu l’attention de certaines célébrités. Après que le jeune frère de Charles Leclerc, Arthur, a vu l’une des affiches dans un kebab local, la cagnotte a explosé. Ému par la situation de Thomas, Charles a partagé sur Instagram la mission du jeune homme de 20 ans à ses 4,7 millions de followers.

« Pendant trois ou quatre jours, il y a eu une avalanche de dons… c’était comme gagner à la loterie, » sourit-il en se tournant vers son ami Melvyn Maiarelli. Les deux jeunes hommes sont encore incrédules devant l’ampleur des progrès de la campagne. Au cours de ces quelques jours, ils ont reçu 6 000 euros de dons et d’innombrables messages de soutien.

Thomas Rodier et son ami Melvyn Maiarelli © Meg Johnson / Monaco Tribune

L’avenir de sa cagnotte sera sur YouTube

Amis depuis l’âge de 14 ans, Melvyn et Thomas se sont lancés ensemble dans un nouveau projet pour booster la cagnotte grâce à YouTube. Passionné de cinéma depuis toujours, mais découragé par « l’insécurité financière de la carrière » et par la désapprobation de ses parents, ce n’est que lorsque son diagnostic l’a obligé à quitter l’école qu’il a pu enfin s’adonner à son premier amour. Accompagné de Melvyn, leurs deux vidéos ont déjà été visionnées plusieurs milliers de fois.

Afin d’atteindre leur objectif de 100 000 euros, les garçons travaillent maintenant avec des YouTubers de renom pour faire passer leur message. La première de leurs collaborations, qui doit encore être mise en ligne, est avec Romain Monti ,un pilote de course français qui compte plus de 100 000 abonnés et près de 40 000 followers sur Instagram.

Thomas a mis à profit ses compétences en ingénierie et a conçu une paire de lunettes pour imiter sa vision. Romain Monti a alors pu les essayer pendant qu’il conduisait dans les rues. « Le côté gauche est flou… c’est comme regarder à travers une paille, » commentent les garçons. Alors que Melvyn a eu trop peur de les porter au volant, à voir comment se débrouille Romain avec une vision à 5 % sur sa chaîne YouTube.

« Si on n’y arrive pas on va mourir en essayant »

Sans être surpris par l’ambition de son ami, Melvyn n’a jamais douté que Thomas réussirait, tant avec sa cagnotte qu’avec ses tournages. « Depuis le début que je le connais dès qu’il veut faire un truc il va aller jusqu’au but, il ne va pas s’arrêter« , dit Melvyn. Déterminé à faire tout son possible pour atteindre son objectif, Thomas a clairement affiché son ambition dès le départ. « Si on n’y arrive pas on va mourir en essayant. »

Optimiste et ravi du succès de sa cagnotte, il prévoit déjà de « faire une petite fête » pour célébrer l’objectif des 100 000 euros qu’il espère atteindre d’ici un an.

Pour plus d’informations sur la campagne de Thomas Rodier, ou pour faire un don, cliquez sur le lien vers sa cagnotte en ligne ou sa chaîne YouTube.