Le producteur et président fondateur de Shibuya Productions, Cédric Biscay, s’est confié sur le 6e livre de sa série manga sur les échecs, paru ce vendredi 25 février.

Ce nouveau tome, sorti trois mois après le cinquième, marque l’apparition de personnalités importantes de la Principauté et du Japon. Nous nous sommes entretenus avec l’auteur, Cédric Biscay, au sujet de cette série qui passionne les lecteurs de mangas à Monaco et ailleurs.

Qu’est-ce qui change dans ce 6e tome ?

Le premier changement, c’est la présence de la Princesse Charlène en tant que personnage de la série. Après avoir intégré le Prince Albert II dans le quatrième tome, il me semblait évident de faire la même chose avec son épouse. D’autant plus que le récit porte sur un tournoi d’échecs qui a lieu à Monaco. Nous avons donc demandé à la Princesse Charlène si elle était intéressée par cette idée, et elle a accepté.

Le maire de Kyoto, Daisaku Kadokawa, avec qui nous sommes en lien, apparaît également dans l’histoire. Nous sommes fiers de faire apparaître les grandes personnalités nationales dans nos mangas. Leur présence dans notre série donne de la crédibilité.

De quoi parle ce nouveau livre ?

Dans ce tome, les héros (Tom et Harmony) se sont qualifiés pour le tournoi d’échecs national à Kyoto. Tout au long de l’histoire, ils affrontent de nombreux compétiteurs, dont des anciens ennemis. On a beaucoup insisté sur le côté dramatique, les tensions entre les personnages et l’entraînement intensif de certains protagonistes. Je veux mettre de l’intensité et du divertissement à travers cette histoire.

La couverture du 6e tome de « Blitz », de Cédric Biscay, en vente à partir du 25 février 2022. ©Jérôme Vinette

Sur la couverture du livre, on voit Riko, la jeune fille blonde en haut, ennemie jurée d’Harmony, la jeune rousse en bas. Riko a été sélectionnée par un grand champion d’échecs pour expérimenter une nouvelle technologie de réalité virtuelle. C’est pour cela qu’elle porte des lunettes spéciales. On la voit en train de jouer aux échecs contre Harmony qui l’avait battue dans un précédent tome. Une façon de s’entraîner, d’augmenter son niveau afin de la vaincre au prochain tournoi.

Pour vous, que représentent les échecs au point d’en faire une série manga ?

Je trouve que les échecs sont trop sous-estimés, notamment dans les médias ou les séries télévisées. Pour faire des mangas, ce n’est jamais facile de trouver un sujet novateur avec un nom percutant. Alors, l’idée m’est venue de faire quelque chose en lien avec ce jeu de stratégie. Etant donné que les échecs ne sont pas trop connus dans certains pays, comme le Japon, j’ai donc décidé d’en faire une série de livres.

manga-blitz
© IWA / Shibuya Productions

L’objectif était d’amener plus de divertissement à la thématique. J’ai voulu mettre en place un monde parallèle et imaginaire, car cela permet de susciter l’attention de beaucoup de lecteurs. Dans l’histoire, il s’agit de plus que d’un simple jeu de stratégie. C’est un véritable combat. L’idée de faire apparaître des guerriers en armure et des armes spéciales apporte plus d’intérêt que de voir des pions avancer sur un échiquier.

LIRE AUSSI : Cédric Biscay ou comment faire rayonner Monaco par les mangas et les jeux vidéo

Pourquoi le nom Blitz ?

C’est un terme percutant qui signifie en allemand « la foudre » ou « l’éclair ». J’ai choisi ce mot pour représenter le côté épique des échecs. Le public a souvent tendance à penser que c’est un jeu soporifique qui traîne en longueur. Dans la série manga, les parties d’échecs entre les personnages se jouent très vite et sont plus divertissantes. C’est ainsi que l’idée m’est venue de l’appeler Blitz.

blitz-manga
© IWA / Shibuya Productions

Avec ce 6e tome, est-ce une façon d’inciter les lecteurs à s’intéresser aux échecs ?

C’est un sujet dont nous avions discuté avec le joueur d’échecs, Garry Kasparov. Nous travaillons en collaboration sur la série Blitz. Ce qui l’intéresse le plus, c’est la démocratisation du jeu de stratégie. Je me suis moi-même rendu compte, lors de dédicaces, qu’il y a beaucoup de jeunes qui se sont initiés aux échecs après avoir lu la série. Certains joueurs d’échecs ont commencé à lire des mangas grâce à Blitz. Ce résultat est une grande fierté pour nous.

À quand la suite ?

La première étape de la série, c’est ce fameux tournoi organisé par Garry Kasparov, à Monaco, et cette finale au Palais Princier. Tout le monde veut y participer. Il y a d’autres étapes dont je ne vais pas parler aujourd’hui mais qui sont prévues dans Blitz. Je prévois de sortir 25 tomes minimum si le public continue de lire la série. Il y a encore une grande partie de l’histoire à développer.

Et à quand une série animée ?

Généralement, lorsqu’un dessin animé sort sur un manga, cela booste énormément les ventes et sa popularité. Je mets beaucoup d’espoir dans l’idée qu’il puisse y avoir un dessin animé sur Blitz. Cela permettra de faire connaître la série partout dans le monde.