Le 4 juin, l’institut océanographique de Monaco proposera au grand public l’exposition « Mission Polaire ». La rédaction de Monaco Tribune a pu y assister en avant-première et vous en dit plus.

Cette nouvelle exposition ne durera que deux ans et vous offre une immersion au cœur de l’Arctique et de l’Antarctique, sur le thème du réchauffement climatique. Elle apporte avec elles quelques singularités que nous détaillerons ci-dessous et est parrainée par l’actrice et réalisatrice Mélanie Laurent, qui, en début de matinée, a réévoqué sa volonté derrière ce parrainage. « Je fais le vœu avec vous qu’on écoute un peu plus la nature » confie-t-elle, face à l’assemblée, avant d’ajouter : « J’ai hâte de vous partager tout notre élan pour aussi créer une sorte d’éducation, et que la nouvelle génération se sente un peu moins oppressée par ce qui va leur arriver ». Le ton est donné, l’évènement se veut à la fois ludique et marquant pour le visiteur.

LIRE AUSSI : PHOTOS. Le Prince Albert II admire l’exposition dédiée au Prince Albert Ier

Tour de visite

L’exposition commence. Cinq espaces différents nous attendent. L’objectif étant de ne pas totalement dévoiler ce que vous y trouverez, voici un rapide tour d’horizon de chacun d’entre eux.

  • L’espace n°1 vous emmène à la rencontre des explorateurs des pôles, du 19ème siècle à aujourd’hui. Votre ticket débloque de petites vidéos explicatives pour chacun d’entre eux, dont le Prince Albert II.
  • L’espace n°2 est une rencontre avec le monde des Inuits. Mode de vie, traditions, instruments, et les menaces du réchauffement climatique pour ces populations vous sont montrés et expliqués.
  • L’espace n°3 nous propose de mieux comprendre les enjeux autour de ces Pôles Sud et Nord, mais aussi leur fonctionnement et les changements qui y ont opérés ces dernières années.
  • L’espace n°4 est une immersion. Entouré d’écrans géants, vous mettez un pied au Pôle Nord puis au Pôle Sud. Paysages, animaux et explications en voix-off vous entoure. Un beau voyage, avec quelques surprises supplémentaires que nous vous laissons découvrir.
  • Le dernier espace vous présente trois modules interactifs. Chacun fait respectivement l’état des lieux sur le climat et les conséquences de son réchauffement, les impacts du réchauffement climatique sur la biodiversité et sur l’Homme.  
Une partie de l’espace n°4. ©Paul Charoy / Monaco Tribune

Le saviez-vous ?

Le Prince Albert II est le seul chef d’Etat en activité à s’être rendu au pôle Nord (2006) et au pôle Sud (2009).

Immersion et participation du visiteur

Nous avons évoqué l’espace n°4, qui propose une immersion totale au visiteur, qui se retrouve entouré d’une dizaine d’écran de plusieurs mètres de hauteur. 34 vidéos projecteurs y projette les deux pôles. Le voyage est presque réel et ce n’est pas la seule spécificité de l’exposition.

Lorsqu’on passe l’entrée, un billet nous est donné, une « carte de presse ». L’évènement vous propose de devenir reporter, le temps de la visite. Ce ticket vous donnera accès à du contenu exclusif tout au long de l’exposition mais pas seulement.

La « carte de presse ». ©Paul Charoy / Monaco Tribune

« Si vous vous mettez dans la peau d’un visiteur-reporter […] Vous allez partir à la rencontre de ces mondes polaires et mener une enquête pour avoir, à la fin du parcours, une vision globale et être capable de livrer votre reportage, dans le dernier espace de l’exposition » nous explique Bernard Reilhac, Directeur du développement à l’Institut océanographique.

En effet, chaque visiteur peut s’envoyer son « reportage » dans l’espace n°5. Derrière cette petite particularité se trouve la volonté de provoquer notre engagement.

« Après avoir compris les défis de la recherche scientifique, il y a un module d’engagement, où les gens peuvent s’envoyer le reportage […] et en même, ils peuvent s’engager à soutenir les actions de la Fondation Prince Albert II et de l’Institut Océanographique pour la protection des pôles, et nous les invitons aussi à faire des gestes au quotidien qui vont participer à cette lutte contre le réchauffement climatique » ajoute Bernard Reilhac, en précisant qu’il n’est pas question de « finances ».

Infos pratiques

L’exposition sera ouverte au public à partir du samedi 4 juin.

Tarifs : Adulte – 18€ / Etudiant – 12€ / Enfants (4 à 17 ans) – 12€ / Personnes en situation de handicap – 9€.