Interview

Comment le CHPG organise-t-il la rééducation post-Covid ?

covid-long-reeducation-chpg-monaco
CHPG

Le Covid long peut occasionner différents symptômes qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Dr-Bernard-chpg-monaco
Docteur Valérie Bernard – © CHPG
Publicité

Le problème toucherait aujourd’hui 30 à 50% de la population ayant contracté le Covid. Alors que les médecins se préparent à faire face à l’arrivée prochaine d’une huitième vague de contaminations, annoncée par la presse médicale, le Centre Hospitalier Princesse Grace prend aussi en charge les patients qui présentent toujours des symptômes du Covid après leur guérison. En d’autres termes, des personnes atteintes de Covid long.

« C’est une histoire de durée : l’OMS considère que les patients Covid doivent avoir récupéré totalement de leurs symptômes entre deux et quatre semaines après l’infection, nous explique le Docteur Valérie Bernard, chef du service de médecine physique et réadaptation au CHPG. Mais il y a un nombre non-négligeable de patients qui, six semaines après un épisode de Covid, ont toujours des symptômes qui vont persister dans le temps. »

Ne pas banaliser les symptômes

Parfois, les symptômes se prolongent bien plus longtemps, jusqu’à un ou deux ans après la contamination. Leur nature, quant à elle, est très variable : « on a identifié une cinquantaine de symptômes, qui sont sans explications par ailleurs, non liés à une comorbidité ou à une nouvelle maladie. (…) On constate une grande variabilité, à la fois sur les patients concernés par ce Covid long, mais aussi sur les symptômes. Cela va de signes cardio-respiratoires comme de l’essoufflement, de la tachycardie ou de la fatigue prolongée, à des signes neuro-moteurs avec des fontes musculaires, du déconditionnement musculaire à l’effort ou encore des troubles cognitifs », détaille le Docteur Bernard.

LIRE AUSSI : Covid : quelles conséquences pour notre santé mentale ? Réponse avec un psychiatre du CHPG

Principal problème : face à certains symptômes « légers », comme la fatigue, de nombreux patients ne se doutent pas qu’ils sont en réalité atteints d’un Covid long. « Je pense que beaucoup de gens se disent que ça va passer tout seul et attendent pour consulter. La communauté médicale essaie de faire vraiment passer ce message : si des symptômes persistent, il faut consulter, en parler à son médecin traitant. Il ne faut pas banaliser ces symptômes. Comme souvent en rééducation, plus on intervient rapidement, mieux c’est », précise le Docteur Bernard.

Des exercices à faire à l’hôpital, chez le kinésithérapeute ou à la maison

Car la rééducation a son importance, tant pour atténuer, voire mettre fin à ces symptômes, que pour empêcher une éventuelle dégradation : « on va apprendre au corps à se ré-entraîner : réapprendre à respirer au repos, utiliser une capacité respiratoire de façon maximale à l’effort, reproduire certains mouvements de façon fluide et confortable. Le but est de permettre une récupération fonctionnelle et une bonne qualité de vie. »

Pour cela, le CHPG dispose d’une salle équipée, où médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophoniste et psychomotricienne aident les patients à recouvrer leurs fonctions motrices. Certaines personnes peuvent également réaliser des exercices chez leur kinésithérapeute de ville ou des auto-exercices à la maison, conseillés par leur praticien : « ici, nous avons des conditions optimales parce que nous avons un plateau technique parfaitement équipé. Mais c’est du cas par cas : certains patients hospitalisés veulent continuer leur rééducation ici et leur état le justifie. Notre rôle en tant que médecin est de recevoir le patient en consultation et de lui proposer la meilleure orientation possible, en fonction de sa situation fonctionnelle », atteste le Docteur.

Hors hospitalisations, c’est ainsi une soixantaine de patients externes qui a sollicité et sollicite toujours le service de Médecine Physique et Réadaptation du CHPG. « Le recours à la rééducation reste largement inférieur à ce qu’il devrait être, par manque d’information ou difficulté d’accès à certains soins », regrette le médecin, qui estime que le nombre de consultations post-Covid pourrait bien augmenter à l’avenir. Car si le virus a connu de nombreuses mutations depuis son apparition, les symptômes pendant et après la contamination en font probablement de même.

Voilà pourquoi le Docteur Bernard encourage vivement, au moindre doute, à prendre rendez-vous chez son médecin : « si après un Covid, au bout d’un mois, un symptôme, quel qu’il soit, persiste – même s’il est aussi banal qu’une fatigue ou un petit essoufflement à l’effort – il faut consulter. Ne serait-ce que pour être rassuré ! Les symptômes peuvent d’ailleurs être très fluctuants d’un jour à l’autre, d’une semaine à l’autre… C’est très difficile à appréhender pour le patient – bien sûr – mais aussi, parfois, pour l’entourage. La rééducation permet de poser un nom, un diagnostic et de proposer un traitement et un accompagnement. Cela crée une dynamique vraiment positive. »


En cas de doutes ou de questions liés à une infection de Covid-19, composez le 92 05 55 00 (7J/7 de 9 heures à 17 heures) ou envoyez un email à covid19@gouv.mc.