Ce processus d’évaluation a été mis en œuvre pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

C’est à Strasbourg qu’une délégation monégasque vient de se rendre, dans le cadre de l’évaluation MONEYVAL du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) de la Principauté de Monaco.

Une délégation composée notamment de Michel Hunault, qui en est le chef, ainsi que de Sylvie Petit-Leclair, Secrétaire d’Etat à la Justice et Directeur des Services Judiciaires.

Participait également Jean Castellini, Conseiller de Gouvernement-Ministre, qui était en visio-conférence depuis Monaco. Il a rappelé toutes les actions menées par la Principauté pour se conformer aux exigences du GAFI (Groupe d’Action Financière), ainsi que la mobilisation de tous les services de l’Administration monégasque.

LIRE AUSSI : Jean Castellini : « Monaco est terre d’innovation »

Au cours de cette semaine, la délégation monégasque doit préciser davantage à l’équipe d’évaluation le haut niveau de conformité et d’efficacité des dispositifs mis en œuvre à Monaco. Michel Hunault a d’ailleurs rappelé les exigences du Prince et du Gouvernement Princier en matière d’exemplarité, pour prévenir et combattre la criminalité financière.

En janvier dernier, le Conseil national avait d’ailleurs adopté deux projets de loi visant à renforcer la LCB-FT et pour proposer des sanctions pénales adaptées.