Publicité »
Récit

Un mois de prison pour avoir volé un vélo à Monaco

velo monaco
© Monaco Tribune

Cet Ukrainien de 40 ans avait déjà été condamné en France pour vol en 2021. 

Elle pensait être épargnée de tout ennui à Monaco… Le 29 octobre dernier, aux alentours de 11 heures, la victime dépose son vélo électrique sur un emplacement réservé aux deux-roues, sans antivol. Moins d’une heure plus tard, à 11h50 précisément, ce dernier avait disparu. 

Publicité

Grâce aux nombreuses caméras dispersées en Principauté, le vol a bien été constaté et le parcours de l’individu malintentionné retracé. De plus, les images sont d’assez bonne qualité pour identifier le malfrat, qui est parvenu à quitter le territoire de la Principauté. Il s’agit d’un Niçois connu des autorités françaises pour des faits similaires.

Un vélo d’une valeur de 10 000 euros 

Fin janvier 2023, à la gare, la police monégasque contrôle cet homme qui correspond au signalement effectué trois mois plus tôt. À la Sureté Publique, il va reconnaitre sa culpabilité sans perdre les pédales : « Oui, c’est bien moi sur les images. En revanche, je n’ai plus le vélo en ma possession. Je l’ai vendu 120 euros le jour même. » Une bouchée de pain quand on sait que l’objet ne vaut pas moins de 10 000 euros.

À l’audience programmée le mardi 21 février, le Tribunal correctionnel de Monaco indique que le prévenu – absent tout comme la victime – n’a pas vraiment de domicile fixe ni de travail régulier. « Il vole pour arrondir ses fins de mois », précise le Président à la lecture du dossier.  

Publicité »

Les déclarations du prévenu qui a indiqué en garde à vue que « toute personne qui voit un vélo non attaché a envie de le prendre », ont de quoi agacer le Procureur. « Cela en dit long sur sa vision de la propriété privée », souffle-t-il. Le Parquet fait par ailleurs remarquer que l’homme était en possession d’une pince coupante, ce qui confirme son intention de voler sur le territoire de la Principauté. 

En suivant les réquisitions du Ministère public, le Tribunal condamne le quadragénaire à un mois de prison ferme.