Publicité »
Récit

Un avocat allemand se targue d’exercer à Monaco : le tribunal le poursuit pour usurpation de titre

avocat-pixabay
Les faits reprochés se sont produits entre 2020 et 2021 - © Pixabay

Cet homme, emprisonné un temps aux États-Unis, a été interrogé par le FBI.

Monaco est associé au prestige et cet homme l’a bien compris en indiquant sur son site internet qu’il était « licencié à Hambourg, Antibes et Monaco ». Or, « licencié », comme l’explique Maître Bergonzi, avocat représentant l’Ordre des Avocats de Monaco qui se constitue partie civile, signifie qu’il a le droit d’exercer le métier en Principauté, ce qui n’est pas le cas. « Il a été trop loin au niveau du marketing », s’agace le professionnel monégasque en réclamant l’euro symbolique.

Publicité

Lorsque le prévenu a été interrogé dans le cadre de cette procédure monégasque, il était incarcéré aux États-Unis pour fraude. « Le Droit monégasque est ma spécialité », avait-il indiqué aux agents du FBI. Le jour de l’audience correctionnelle, l’homme de 72 ans a fait le déplacement à Monaco, bien qu’arrivé en retard, et a pu s’expliquer à l’aide d’une interprète : « je n’ai pas dit que je travaillais à Monaco mais que j’étais en collaboration avec des professionnels de la place. Il est vrai cependant que j’ai vécu en Principauté et que je connais très bien la loi monégasque ».

10 000 euros d’amende

Le Procureur se lève : « oui, le titre d’avocat est particulièrement attractif et oui les avocats étrangers peuvent exercer à Monaco mais sous certaines conditions. Monsieur affirme faire intervenir des experts locaux mais c’est faux, ce n’est pas ce qui était inscrit sur son site. Je note cependant que les mentions ont été supprimées depuis, et j’apprécie le fait qu’il se soit présenté aujourd’hui. »

Publicité »

Au vu de ses revenus, le Ministère public a requis une amende de 10 000 euros avec sursis. Le tribunal tranchera pour du ferme, et accordera également l’euro symbolique à l’Ordre des Avocats.