Publicité »
Publicité »
Récit

Zara et GrandOptical : Deux affaires de vol devant le tribunal correctionnel de Monaco

tribunal-de-monaco
Les dossiers ont été traités mardi 26 mars 2024 - © Monaco Tribune

Les faits se sont produits l’hiver dernier.

Publicité

Commençons par le premier dossier abordé par les magistrats, celui du vol survenu dans l’enseigne de prêt-à-porter Zara, située à deux pas de l’Hôtel Hermitage dans le Carré d’Or de Monaco. La prévenue, absente à la barre, est une quinquagénaire originaire de Russie. Connue de la justice monégasque, elle est aujourd’hui poursuivie, en état de récidive légale, pour le vol d’une dizaine d’articles d’une valeur totale de 313 euros précisément.

Le président relate les faits : « madame se promène dans les rayons, prend quelques articles en main et se dirige dans les cabines d’essayage. Lorsqu’elle va ressortir du magasin, l’agent de sécurité remarquera sur elle un pull de la boutique, ainsi que des vêtements sur cintres dans un sac d’une autre marque que Zara. Lorsque ce dernier va lui demander de montrer le contenu du sac, la cliente va s’enfuir en courant. »

Aussitôt, l’homme prévient la police qui récupère la voleuse quelques mètres plus loin, non sans difficultés. Constatant que les vêtements ont été détériorés lors du retrait sauvage des antivols, les forces de l’ordre ne pourront les restituer. Entendue, l’interpellée sous curatelle, déclarera que sa tutrice ne lui donne pas suffisamment d’argent de poche, et qu’elle est donc obligée de voler pour se vêtir.

Connue de la justice monégasque pour des faits de vol, une expertise psychiatrique avait déjà été organisée. Le président lira quelques extraits des conclusions : « madame méprise la loi, elle est impulsive, n’exprime pas de remords, et présente des troubles de l’humeur ». La tutrice de la mise en cause est présente dans la salle d’audience et ajoute : « elle n’a pas la notion de l’argent ». Concernant son casier, il est entaché de trois condamnations. « Toutes nos mains tendues n’ont pas suffi », regrette le procureur dont les réquisitions seront suivies par le tribunal qui prononcera une peine de 15 jours de prison ferme. Une décision qui par ailleurs, révoque le sursis des anciennes condamnations.

800 euros de lunettes

Le second vol s’est produit au Metropole Shopping Monte-Carlo, dans la boutique GrandOptical. Le prévenu, également absent le jour du procès, est poursuivi pour le vol de deux paires de lunettes d’une valeur totale de près de 800 euros.

Cet Ukrainien résidant en Estonie se promenait le 17 décembre dernier dans la galerie commerçante de luxe aux côtés de sa compagne lorsqu’il est passé à l’acte. Le couple a pris la fuite et, ne parvenant pas à les rattraper, le personnel contacte immédiatement la police qui finit par les arrêter. Madame soutiendra qu’elle n’était pas au courant que son compagnon venait de commettre un vol. Pourtant, des objets étonnants ont été retrouvés dans leur sac, tels qu’une pince coupante.

Contrairement à la précédente affaire, les objets volés ont pu être restitués, et le prévenu était jusqu’alors inconnu de la justice monégasque et française. En suivant les réquisitions du parquet, le tribunal condamnera le quadragénaire à une peine d’un mois de prison avec sursis.