Édifice romano-byzantin érigé à Monaco en 1903 sous le principat de Charles III, la Cathédrale Notre-Dame-Immaculée de Monaco est l’église principale de l’archidiocèse monégasque.

En 1868, le territoire de la Principauté de Monaco a été séparé du diocèse de Nice. S’en est suivi la décision de démolir l’église Saint-Nicolas chargée de six siècles d’histoire, pour construire ce qui allait devenir la cathédrale. Ainsi, dès le 6 janvier 1875, le Prince Charles III en posa la première pierre. Elle est dédiée à Notre Dame-de-l’Immaculée-Conception et – comme patrons secondaires– Saint Nicolas et Saint Benoît. Mais, ce n’est que le 11 juin 1911 qu’a eu lieu la consécration de la cathédrale.

Construite en pierres de La Turbie cette dernière a une inscription à l’entrée qui mentionne les dates importantes de son édification. À ses quatre extrémités, les symboles des Évangélistes se dressent sur la toiture. Surplombant la porte centrale et les portes latérales, des sculptures représentant des scènes de la vie de Marie et rappellent que la cathédrale lui est dédiée. De plus, on peut voir, dans la ruelle qui jouxte le bâtiment, une cloche provenant de l’ancienne église Saint-Nicolas. Aujourd’hui, la cathédrale se situe sur le rocher de Monaco et accueille les offices pontificaux lors de grandes fêtes religieuses. Élément incontournable de l’identité de la Principauté, elle est selon le Prince Albert II « le symbole d’un attachement fort à nos racines et à notre foi chrétienne. »

>> LIRE AUSSI : Monaco, une histoire catholique