Après le séisme et le tsunami qui endeuillent l’Indonésie, le prince Albert II a pris la plume au nom de la famille princière et de tous les Monégasques.

Le bilan est encore provisoire. Mais il fait froid dans le dos. Plus de 1400 personnes ont perdu la vie dans le violent séisme et le raz-de-marée qui ont frappé les îles indonésiennes des Célèbes, vendredi dernier. Des dizaines, voire des centaines de victimes pourraient toujours se trouver sous les décombres. Notamment dans la ville de Palu, submergée par une vague de 1,5 mètre. Près de 200 000 personnes, dont des dizaines de milliers d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, a estimé le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU. Sur place, les besoins sont immenses, à la fois pour les survivants et pour les secours.

Albert II prend la plume

Attristé par cette catastrophe, le prince Albert II a adressé une lettre officielle au président indonésien Joko Widodo. Il y fait part de sa « sa grande émotion » et exprime, au nom du peuple monégasque et de la famille princière, « ses plus sincères condoléances » aux familles indonésiennes endeuillées par ce drame.

C’est la seconde fois que le souverain prend la plume pour témoigner de la solidarité et de la compassion monégasques pour le peuple indonésien. En août dernier en effet, une série de tremblements de terre avait déjà fait plus de 500 morts et 1 500 blessés sur l’île indonésienne de Lombok, située près de Bali.

« Nos pensées et nos prières accompagnent les blessés et toutes les personnes qui ont perdu leur maison sur cette île dévastée par cette double catastrophe naturelle », poursuit le le chef de l’Etat qui assure son homologue, Joko Widodo, de « son entière solidarité en ces temps difficiles ».