Le Philarmonique de Monte-Carlo jouera Brahms, Mozart et Dvorak ce dimanche à l’auditorium Rainier-III.

Pour sa première de l’année, le Philarmonique de Monte-Carlo nous emmène quelque part entre Vienne et Prague, descendre les eaux bleues du Danube et de la Vltava. L’Auditorium Rainier III raisonnera ainsi d’« Histoires d’eaux » ce dimanche 13 janvier. Au programme : Les danses hongroises n°17 à 21 de Johannes Brahms, le Concerto pour piano n°24 de Wolfang Amadeus Mozart et la Symphonie n°8 d’Antonin Dvorak. Un Allemand, un Autrichien, un Tchèque. Le tout, joué par un chef norvégien, un pianiste canadien et un orchestre de 30 nationalités ! A Monaco, plus encore qu’ailleurs, la musique est un langage universel…

Faire vibrer les émotions

Eivind Aadland est l’un des chefs les plus respectés de Norvège. Directeur artistique et musical de l’Orchestre symphonique de Trondheim de 2004 à 2011, il a réalisé les cycles symphoniques complets de Beethoven et de Mahler. Sa discographie, prolifique, s’étend sur un large répertoire.

L’autre vedette de cette soirée musicale, le Québécois Louis Lortie, est un concertiste respecté. Depuis ses débuts remarqués à la fin des années 70 avec l’Orchestre Symphonique de Montréal et l’Orchestre Symphonique de Toronto, il se produit partout dans le monde et est considéré comme un des meilleurs pianistes en activité.

Réputés pour leur faculté à faire vibrer les émotions, les deux artistes enflammeront le public monégasque grâce à la gaieté et au dynamisme des Danses Hongroises de Brahms, à « l’insoutenable légèreté » et la grâce du Concerto de Mozart et aux riches mélodies issues du folklore tchèque de Dvorak. Courez-y vous réchauffer : il reste des places.

Dimanche 13 janvier à 18h, Auditorium Rainier-III.