La princesse Stéphanie monte au créneau pour défendre le cirque traditionnel

La princesse Stéphanie monte au créneau pour défendre le cirque traditionnel

Quelques semaines avant la 40e édition du Festival international du cirque de Monte-Carlo, la princesse Stéphanie a défendu le cirque traditionnel dans les colonnes du Figaro.

La ville de Montpellier vient d’interdire les numéros d’animaux dans les cirques situés sur cette commune de l’Hérault. Les défenseurs de la cause animale – ou, du moins, certains d’entre eux – ont obtenu gain de cause. Ils accusent les professionnels de maltraitance. Mais pour la princesse Stéphanie, présidente du Festival international du cirque de Monaco, c’est un faux procès. Dans un long entretien accordé au Figaro, publié le 29 décembre, elle s’en explique sans langue de bois.

Il faut dire que la sœur du prince souverain a récemment subi des attaques virulentes de la part de certains militants. Des attaques qui l’ont blessé et qui l’incitent aujourd’hui à réagir.

Une vision d’un autre âge

« Les animalistes vraiment activistes, on ne peut plus les récupérer, il n’y a plus de dialogue possible parce qu’ils sont ancrés dans leurs positions. J’ai été attaquée personnellement, on a porté plainte contre moi pour maltraitance envers les animaux », s’insurge ainsi la princesse Stéphanie.

Pour elle, ces activistes sont prisonniers d’une vision d’un autre âge : « Quand je dis que les animaux ne sont plus prélevés dans la nature, écoutez-moi, ce ne sont pas des blagues, regardez les lois. C’est pour ça qu’on fait une après-midi portes ouvertes lors du festival avec les éducateurs qui expliquent comment ils interagissent avec leurs animaux. C’est fini l’époque des vieilles gravures avec la chaise et le fouet qu’on fait claquer« .

La Fédération mondiale du cirque, dont elle est la présidente d’honneur, vient d’ailleurs de créer un label européen des bonnes pratiques. Le Big Top Label prend en compte tout un panel de critères concernant les conditions de vie et de transport des animaux. C’est aussi pourquoi la princesse bataille pour faire reconnaître la valeur culturelle du cirque traditionnel auprès de l’Unesco. Un combat de longue haleine.

En attendant, le prochain Festival international du cirque de Monte-Carlo, créé par Rainier III en 1974, se déroulera sous le chapiteau de Fontvieille, du 17 au 27 janvier. L’occasion de vérifier par soi-même la complicité entre les animaux et leurs dresseurs que ne manque jamais de mettre en avant la princesse Stéphanie.

Un commentaire

  1. Le cirque dans tous ses états à Monaco !

    […] la défense – et un entretien dans Le Figaro en faveur du cirque traditionnel -, place à l’attaque pour la princesse Stéphanie. La 43e Festival international du cirque de […]