C’est une drôle de surprise que la Fédération internationale de tennis a réservé à l’équipe monégasque de coupe Davis. Privés de montée, les joueurs de la principauté reste dans le groupe III.

« Ça sert plus à rien de jouer !!« . Guillaume Couillard, le capitaine de l’équipe de Monaco de coupe Davis, s’est emporté cette semaine sur Twitter. En cause, un point du nouveau règlement de cette compétition prestigieuse caractérisée par un groupe « Monde », composée des 16 pays les plus performants et de plusieurs groupes divisés par régions et par niveaux. Ce dernier prévoit que les accessions ou les relégations des équipes dans les groupes dépend désormais du classement des nations. Et non plus uniquement des résultats obtenus sur le terrain.

Monaco coiffé au poteau par la Bulgarie

Ainsi, plusieurs équipes qui avaient arraché leur promotion ont été déclassées au profit d’adversaires qu’elles avaient battu. C’est notamment le cas des Monégasques. Placé dans le groupe III, l’équipe de la principauté s’est vue griller la politesse pour la montée dans le groupe II par la Bulgarie. Une Bulgarie pourtant défaite par les Monégasques l’année dernière. La même mésaventure est arrivée au Luxembourg, privé de groupe II par la Géorgie, un pays qu’elle avait également battu à la régulière.

L’injustice est d’autant plus forte que les principaux intéressés n’ont pas été prévenus par la Fédération internationale de tennis qui gère la compétition. « C’est en regardant sur internet que l’on s’est rendu compte que l’on était finalement pas monté en groupe II. Il y a pire que nous. La Pologne a gagné son ticket pour le groupe I en gagnant ses trois rencontres en 2018 dans le groupe II mais est rétrogradé en groupe III, comme nous ! », s’est plaint Guillaume Couillard sur RMC Sport. Une décision dure à avaler, tant sur le fond que sur la forme.