e-HealthWorld Monaco, le salon de la santé connectée revient pour une 5e édition

e-HealthWorld Monaco, le salon de la santé connectée revient pour une 5e édition

Le salon e-HealthWorld Monaco a débuté ce matin à l’Hôtel Fairmont Monte-Carlo. Consacré à la santé connectée et la médecine de demain, l’évènement réunit une nouvelle fois professionnels de santé, industriels de la Medtech et de nombreux acteurs de la santé jusqu’à demain

Placé sous le Haut Patronage du Prince Albert II de Monaco, e-HealthWorld a pour objectif d’établir un état des lieux des progrès technologiques dans le domaine de la santé et du bien-être, toutes disciplines médicales confondues mais aussi d’évaluer les avancées potentielles.

A présent reconnu pour son niveau scientifique par tous les acteurs du secteur médical, industriels la Medtech et de la pharma, le salon avait l’an dernier, reçu la visite de plus de 500 professionnels ( médecins, dentistes, pharmaciens, chercheurs, étudiants, infirmières, aides-soignants et kinésithérapeutes…). Tous venus échanger et découvrir les applications de ces nouvelles technologies pour leur spécialité.

Nouveauté de cette édition : un volet « marketing et business » fait son apparition au congrès scientifique afin de dresser un tour d’horizon de l’e-santé.

Un programme denses, de nombreuses thématiques abordées

La téléconsultation médicale et ses pratiques ainsi que sa prise en charge par l’assurance maladie depuis septembre dernier, la télémédecine en pharmacie et l’intelligence artificielle au service de la médecine seront au centre des débats majeurs du e-HealthWorld de cette année.

Parallèlement, des sessions seront organisées pour les spécialistes. Chirurgiens, dermatologues et médecins esthétiques, kinésithérapeutes, gynécologues, radiologues et chercheurs se réuniront pour envisager les NTIC dans leur domaine spécifique.

Des ateliers permettront aux participants de se familiariser avec les Blockchains, (technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle) utiles – entre autres – dans la transmission des données ou la surveillance de la provenance des médicaments par exemple. On note également un atelier portant sur l’e-santé en Afrique, organisé en collaboration avec l’association AMADE Internationale dont S.A.R La Princesse Caroline de Hanovre est la Présidente.

Place à l’innovation

Désirant faire la part belle aux innovations technologiques, le salon tient ce soir une « Nuit Connectée », mettant en valeur les start-ups innovantes dans le domaine médical. Un jury de professionnels sélectionnera 10 start-ups qui viendront pitcher leur projet devant des investisseurs potentiels, des avocats, et des sociétés d’aide à l’internationalisation. Les lauréats seront récompensés lors de la soirée du 26 mars.

Dans le même esprit, plus de 55 exposants et plus de 75 start-ups françaises et étrangères présentent leur travaux aux visiteurs dans l’Espace Innovation

L’e-santé, une priorité monégasque

Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Didier Gamerdinger, présent pour l’occasion, a ouvert la 5e édition du salon e‑HealthWorld Monaco ce matin.

Il n’aura pas hésité à rappeler les devoirs des pouvoirs public quant aux évolutions des pratiques dans le domaine de la santé : « Il nous faut évoluer et être en phase avec les avancées les plus positives dans ce domaine. Nous voulons le faire résolument car nous sommes convaincus que c’est là que se jouera l’avenir d’une santé publique et privée de qualité. C’est en ce sens que le Gouvernement s’engage ».

A cet effet, il a également annoncé qu’un portail de santé serait en ligne d’ici peu proposant des informations générales, un annuaire des acteurs de la santé, un module de prise de rendez-vous en ligne et un espace réservé aux professionnels. Un autre grand chantier sera l’hébergement des données de santé dans un cloud souverain sécurisé par l’Etat. Et d’ici deux ans, chaque patient devrait disposer de son dossier médical numérique individualisé : « Cela simplifiera ainsi le parcours de soins et permettra d’être plus efficace au service du patient».