Palmarès de Cannes 2019 : Palme d’or pour Parasite de Bong Joon-ho, Grand Prix pour Atlantique de Mati Diop

Palmarès de Cannes 2019 : Palme d’or pour Parasite de Bong Joon-ho, Grand Prix pour Atlantique de Mati Diop

Après une compétition 2019 de très haut niveau, le Festival de Cannes a livré son palmarès. Le jury, présidé par Alejandro González Iñárritu, a couronné Parasite de Bong Joon-ho, et distingué, côté interprétation, Antonio Banderas et Emily Beecham.

Parasite a donc reçu la Palme d’or. Le film de Bong Joon-ho (The Host, Memories of Murder, Le Transperceneige), narrant une rocambolesque histoire de cours particuliers tournant vinaigre, sera visible en salle en France dès le 5 juin. Le précieuse sésame a été remis au cinéaste par Catherine Deneuve. De son côté, la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop repart de la Côte d’Azur avec le Grand Prix pour Atlantique, touchante histoire de jeune Dakarois souhaitant quitter leur pays via des embarcations de fortune. L’actrice Emily Beecham s’est vue remettre le Prix d’interprétation féminine, honorant son rôle dans Little Joe, l’OVNI science-fictionnel de Jessica Hausner. Le comédien Antonio Banderas, héros de Douleur et gloire, le film bilan de Pedro Almodovar, a reçu le Prix d’interprétation masculine.

Un palmarès éclectique

La Caméra d’or, distribuée au meilleur premier film de l’ensemble des sections du festival, a honoré Nuestras Madres de Cesar Diaz, un long métrage se déroulant au Guatemala et qui avait été initialement présenté à la Semaine de la Critique. Portrait d’une jeune fille en feu, écrit et réalisé par Céline Sciamma, a été salué par le Prix du scénario. Le Prix du Jury a été attribué à Les Misérables de Ladj Ly et à Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles. Une mention spéciale a été remis à Elia Suleiman, le célèbre réalisateur palestinien, auteur cette année d’It Must Be Heaven. Côté Prix de la mise en scène, les frères Dardenne ont été récompensés pour Le Jeune Ahmed, un nouveau prix dans une carrière déjà marquée par deux Palmes d’or, un Grand Prix et un Prix du scénario.

Le futur de la profession est assuré, comme l’atteste le succès de La Distance entre le ciel et nous, dirigé par le cinéaste grec Vasilis Kekatos, auréolé de la Palme d’Or du court-métrage.