L’institut océanographique, le Gouvernement Princier et la Fondation Prince Albert II de Monaco ont lancé une opération “Fête sans ballons” qui invite le public à partager ses idées pour réduire l’impact du plastique sur l’environnement.

Le 27 avril dernier avait lieu la première fête du musée de l’Institut océanographique. L’institution en profitait pour lancer une opération originale intitulée “Fête sans ballon”. L’idée ? Proposer des alternatives aux lâchers de ballons, certes très appréciés des enfants, mais particulièrement pollueurs pour l’environnement marin. Ces petites sphères en plastique gonflées à l’hélium finissent en effet par se dégonfler ou par éclater et par retomber sur terre ou sur mer ou ils mettent plusieurs années à disparaître ou sont ingérés par des animaux, oiseaux et mammifères marins.

Les dégâts considérables des déchets en plastique

Une étude récente a ainsi pointé du doigt les dégâts considérables des déchets en plastique sur la faune marine. L’Institut océanographique, fondé en 1906 par le prince Albert Ier de Monaco et dont la vocation est de développer et de promouvoir la connaissance des océans, s’est donc saisi du sujet en menant cette opération conjointement avec le gouvernement monégasque et la fondation Prince Albert II qui se battent tous deux pour la réduction des déchets plastiques. Ainsi, le public est invité par l’intermédiaire du groupe Facebook “Fête sans ballons” à partager ses idées pour fêter naissances, anniversaires ou baptêmes, sans polluer… Cet appel à la créativité pour des pratiques eco responsables trouvera un épilogue, sans doute provisoire, lors de la 2e édition de la fête du musée océanographique, prévue dans un an. Un prix sera même décerné à la meilleure idée !