À l’issue de sa première année d’existence, le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes a présenté le bilan de son activité. À noter : des avancées dans le domaine du travail avec la signature de la charte Monégalité, mais aussi l’allongement de la durée du congé maternité. Cette présentation a également été l’occasion d’annoncer les projets à venir.

 

Mardi 3 décembre, le Comité pour la promotion et la protection des femmes présentait son premier rapport annuel d’activité qui vient tout juste d’être publié. Au Yacht Club de Monaco, les membres ont ainsi pu dresser un premier bilan des actions menées. Parmi elles, la mise en place d’un numéro vert pour les victimes de violence et la création d’un site internet mis en ligne au mois de novembre dernier. La signature de la charte Monégalité par les représentants des employeurs du secteur public et privé a aussi été significatif d’une volonté d’avancer vers plus d’égalité dans les salaires et le recrutement entre homme et femme au travail, tout comme l’allongement du temps de congé maternité.

Formation à l’accueil des victimes de violences et plan national de santé sexuelle

À cette occasion, Céline Cottalorda, déléguée interministérielle pour la promotion et la protection des droits des femmes, accompagnée de Didier Gamerdinger, conseiller-ministre des Affaires sociales et de la Santé, ont présenté les prochaines actions du comité, notamment la formation dans l’accueil des victimes de violences, particulièrement auprès des professionnels de santé, comme les médecins ou les pharmaciens. Le lancement d’un plan national de santé sexuelle a également été annoncé compte tenu de la hausse des maladies sexuellement transmissibles constatée en Principauté. L’objectif sera aussi de mieux informer et communiquer sur les différents moyens de contraception. La deuxième année de vie du Comité s’annonce donc tout aussi riche que la première.