Alexandru Cristian, écrivain et historien originaire de Roumanie, est tombé sous le charme de Monaco très jeune. Animé par cette passion, inspiré par l’histoire et la beauté de la Principauté, Alexandru a écrit un recueil de poèmes en hommage à cette relation. Dans cette interview, le poète nous parle de son amour pour la Principauté et des liens qu’il entretient avec elle.


Monaco Tribune:  Pourriez-vous vous présenter ? Qui êtes-vous ?

Mon nom est Alexandru Cristian, je suis historien et écrivain. J’écris de la poésie, de la prose courte, des essais mais aussi sur la géopolitique. En ce moment j’enseigne l’histoire et la géopolitique dans différentes universités.

Je peux vous confier quelque chose, je travaille actuellement sur une étude géopolitique à propos de la Principauté, cette principauté fondée en 1297, qui a subi plusieurs transformations au cours de sa longue histoire. Une histoire modelée par la famille Grimaldi qui a réussi à maintenir l’unité sur ce territoire. Un espace géopolitique extrêmement actif et intéressant qui mérite d’être étudié.


MT:  Comment avez-vous connu Monaco ? Quelle a été votre première expérience avec la Principauté ?

AC: J’ai découvert Monaco à l’âge de 15 ans et j’y suis revenu une dizaine de fois. Depuis, je suis fasciné par l’histoire de cette principauté. J’ai passé ma lune de miel à Monaco, visitant la magnifique Côte d’Azur. L’idée d’écrire ces poèmes m’est venue en face de la Cathédrale Notre-Dame-Immaculée de Monaco, réfléchissant à l’endroit merveilleux où je me trouvais. Le paysage m’a lui aussi donné envie d’étudier ce lieu paisible et magnifique.

              
MT:  Vous décrivez Monaco comme un endroit « grand et magnifique », « jeune et ensoleillé »… Pourquoi cette description ? Qu’est-ce qui vous captive à Monaco ?

AC: Monaco est un lieu privilégié où la culture se développe sous les auspices d’un état respectueux des valeurs culturelles. Ces pensées ont été inspirées par l’atmosphère agréable et plein d’émulation scientifique et littéraire. N’oublions pas que la poésie monégasque est représentée par de grands noms tels que Louis Nottari, Louis Frolla, Maric-Marius Curti, Louis Canis, Étienne Clerissi, Robert Boisson (écrivain et maire de Monaco) mais aussi d’autres grands poètes de grande valeur esthétique. C’est une précieuse poésie avec de multiples valeurs lyriques.

Le paysage, l’atmosphère, les gens m’ont inspiré ces mots sur Monaco. Ce qui me captive dans cet état, c’est l’amitié entre les peuples, l’unité et la sérénité favorisée admirablement par les princes de Monaco, la dynastie Grimaldi qui a su développer un état moderne et dynamique.

 

MT: Avez-vous un poème de prédilection ?

AC: Honnêtement, je n’ai pas de poème préféré, ils me sont tous chers parce que je les ai créés à partir de mes souvenirs et de mes expériences agréables. Mais ma préférence serait quand même pour celui dédié à ma fille Gabrielle (Gabriela).


MT: Quels liens voyez-vous entre la Principauté et la Roumanie ?

AC: Les liens entre la Roumanie et Monaco se sont développés surtout après 1989. Monaco a un consul honoraire en Roumanie, M. Sergio Aurelio Faleschini, et la Roumanie a un consul honoraire à Monaco, Dr Constantin Turchina. Ces relations sont profondes et stables, favorisant une étroite collaboration dans les domaines médical, culturel et financier. Je sais également qu’il existe une association des médecins d’origine roumaine sur la Côte d’Azur, nommée AMORO, fondée par le Dr Constantin Turchina. Les liens entre les deux États peuvent se développer aussi dans le domaine littéraire, je veux que la poésie monégasque soit connue en Roumanie mais aussi que la poésie roumaine soit transmise à Monaco.

 

Vous pouvez des à présent retrouver « Poèmes monégasques » par Alexandru Cristian sur Amazon (Traduction : Iulia Voevozeanu)