Pourquoi ne pas profiter de la nouvelle année qui se profile pour se familiariser à l’ascèse philosophique ?

 

Les Rencontres philosophiques de Monaco ont été initiées par Charlotte Casiraghi, qui a eu à cœur de créer une enclave de sérénité (philosophique) au sein de la Principauté il y a quelques années. Robert Maggiori, professeur de la jeune Charlotte lorsqu’elle suivait les cours de philosophie du lycée Fontainebleau, présente les Rencontres en estimant que « nul n’est étranger à la philosophie, simplement parce que les problèmes dont elle traite sont ceux qui traversent toute vie humaine ». On ne peut que lui donner raison, et, a fortiori, s’intéresser à cette res philosophicas.

 

Les Rencontres philosophiques de Monaco fonctionnent autour d’ateliers thématiques, le thème changeant chaque année. Après s’être penché sur l’amour, le corps, la violence, l’humain, voilà qu’il nous revient d’aborder la question du temps en cette nouvelle session. Vaste programme, mais ô combien exaltant ! Des conférences sont également tenues par des professeurs expérimentés (à l’image de Renaud Barbaras, phénoménologue reconnu), en plus des colloques, des « rencontres » et des « conversations ».

 

Les Rencontres n’entendent pas capter un auditoire microcosmique d’avertis ou de spécialistes, puisqu’il s’agit même d’élargir le cercle à des philosophes en herbe.

 

Mais l’ambition philosophique des instigateurs ne s’arrêtent pas là. Les Rencontres n’entendent pas capter un auditoire microcosmique d’avertis ou de spécialistes, puisqu’il s’agit même  d’élargir le cercle à des philosophes en herbe. Les Rencontres organisent également des journées dédiées aux plus jeunes, les journées « Les Jeunes philosophent » au cours desquelles des expositions, des pièces de théâtre, des conférences ou encore des tables rondes sont proposées.

 

Il faut compter 50€ pour les étudiants et moins de 25 ans (les « membres adhérents »), et 150€ pour les « membres donateurs ». Soit, l’équivalent d’une année d’université, le stress des examens en moins, l’éclectisme des activités en plus, et de recevoir les informations de la saison en exclusivité, l’abonnement à la newsletter, le Cahier des Rencontres, le livre des Ateliers, le livre récompensé par le Prix des Rencontres, ainsi que des places réservées pour tous les Ateliers.

 

Vous n’avez plus aucune raison de ne pas vous atteler à l’exercice philosophique. Et pour vous y entraîner, je vous donne à méditer cette phrase de Thomas Hobbes : « Loisir est père de philosophie ».

 

Le programme est disponible sur le site www.philomonaco.com

 

Adèle Deuez, étudiante en droit et en philosophie, auteur à Causeur.fr