Le violoniste Alexandre Guerchovitch joue à l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo depuis 1991. Nous avons parlé avec lui des coulisses, trouvé une explication optimiste au fait que les jeunes vont rarement aux salles de concert, et calculé combien de minutes par jour il faut pour découvrir la musique classique afin d’aimer une bonne fois pour toutes (spoiler – seulement 10 !). 

 

Vous êtes né à Minsk en Biélorussie, vous avez étudié au Conservatoire de Moscou et vous travaillez à Monte-Carlo. Comment vous êtes-vous retrouvé dans cet orchestre ?

En août 1991, j’étais en tournée à travers l’Europe avec l’Orchestre symphonique d’État d’URSS. Le 19 août, nous avons passé une merveilleuse soirée en Espagne et nous avons fini par nous asseoir au bord de la mer lors d’un dîner organisé en l’honneur du concert. Un de nos violoncellistes est monté dans sa chambre pour une raison quelconque, et il est redescendu, bouleversé, et a simplement dit : « il y a des chars à Moscou« . (19 août 1991 – date du putsch d’août, ndlr). Mes amis européens m’ont dit : si vous le pouvez, ne retournez pas en URSS. Je n’y suis pas retourné et quelques jours plus tard, l’Union soviétique s’est effondrée. Alors je plaisante toujours en disant que je suis le dernier réfractaire soviétique.

En Europe, j’ai immédiatement commencé à participer à des concours dans différents orchestres. En octobre 1991, j’ai posé ma candidature pour jouer à Nice et à Monaco. J’ai été accepté dans les deux orchestres. J’ai choisi Monaco et je ne le regrette toujours pas.

L’orchestre philharmonique de Monte-Carlo est-il international ?

Très international ! À mon arrivée, il y avait encore une forte influence américaine : la Princesse Grace avait fait de Monaco une colonie semi-américaine. Mais tous les européens étaient représentés dans l’orchestre. Peu à peu, il y a eu des musiciens d’Europe de l’Est et nous avons toujours des hongrois, des roumains et des bulgares qui jouent. Bien sûr, il y avait aussi beaucoup d’italiens dans le groupe.

Pendant très, très longtemps, j’ai été le seul représentant de la Russie dans l’orchestre. Et pas seulement dans l’orchestre – pendant de nombreuses années, je n’ai jamais rencontré d’autres russes à Monaco ! Ce n’est qu’à travers des histoires que j’ai su qu’une autre personne russe vivait ici – Tatiana Scriabin, la fille de Scriabin. (Alexander Scriabine, compositeur et pianiste russe, ndlr). Elle avait déjà 90 ans à l’époque.

On parle souvent de la différence entre les grandes écoles de musique des différents pays. Ces différences existent-elles vraiment, peuvent-elles être ressenties dans l’orchestre et, si oui, comment les surmonter ?

Les différences entre les écoles se font sentir, bien sûr, mais le professionnalisme est avant tout important. Quel que soit le pays d’où il vient, un bon musicien trouvera toujours un langage commun avec ses collègues. Par exemple, si un premier violon, qui a étudié aux États-Unis, demande à jouer les traits auxquels les musiciens qui ont étudié en Europe ne sont pas habitués, ils s’adapteront calmement et feront ce qu’il faut.

Notre équipe compte de bons professionnels. La concurrence pour les places dans l’Orchestre de Monte-Carlo est très intense, avec plus d’une centaine de personnes qui postulent pour une place. Ces dernières années, je fais partie d’un jury et je m’amuse encore plus que dans les concours internationaux.

Скрипач Александр Гершович Монако

Alexandre Guerchovitch avec le Prince Albert II

La « cuisine » des coulisses

Comment l’orchestre se prépare-t-il pour un concert symphonique ?

L’orchestre a une règle stricte – disons la « constitution » de l’orchestre – qui fixe le nombre d’heures de travail autorisées par semaine. Le calendrier des répétitions est établi en fonction de cette règle. En moyenne, nous avons trois ou quatre répétitions de trois heures chacune pour un nouveau spectacle, suivies d’une répétition générale puis du concert lui-même. Par exemple, si le concert a lieu le dimanche, nous commençons le jeudi. Mais, bien sûr, un brillant chef d’orchestre peut venir, répéter pendant deux heures et dire que demain nous sommes libres. C’est rare, mais ça arrive. Par exemple, Yuri Temirkanov est un génie qui peut travailler rapidement.

Les répétitions des opéras durent-elles plus longtemps ?

Il y a trois étapes de préparation avant la première. Dans un premier temps, l’orchestre répète sans solistes ni décors. Pour l’opéra de Mozart ou de Rossini, une répétition par acte suffit, mais pour Richard Strauss ou Wagner, les effectifs seront beaucoup plus importants.

L’étape suivante consiste en une ou deux répétitions avec les chanteurs et le chœur, mais sans mise en scène. Et ce n’est qu’alors que commencent les répétitions sur scène – en moyenne un jour par acte

Selon ce principe, il y a quatre ou cinq premières dans une saison. Chaque opéra ne dure que trois ou quatre soirs, et c’est tout – la saison prochaine, il y aura d’autres représentations. Parfois, cela fait même mal de le regarder, de voir autant de décors et de costumes sont simplement envoyés à l’entrepôt ! Au mieux, cet opéra peut partir en tournée.

Des chefs d’orchestres de classe mondiale ont travaillé avec votre orchestre. De qui vous souvenez-vous le plus ?

Il est difficile de savoir ce qui fait un bon chef d’orchestre. De plus, il y a la question permanente de savoir pourquoi il est là. Et il est vrai que la plupart des orchestres modernes n’ont tout simplement pas besoin de chef d’orchestre ! Même si, bien sûr, il y a toujours ceux qui peuvent tout changer

Par exemple, j’ai adoré travailler avec Giuseppe Sinopoli, avec les merveilleux chefs d’orchestres Marcello Viotti et Walter Weller, avec le charmant chef d’orchestre géorgien Giansug Kakhidze. C’était un grand nom en Union soviétique et il a été le premier à interpréter presque toutes les œuvres de Gia Kancheli. Kakhidze travaillait beaucoup et faisait de longues tournées avec nous – c’était toujours formidable.

Nous travaillons avec beaucoup de plaisir avec Yuri Temirkanov, et les concerts avec lui sont toujours exceptionnels.

Ce n’est pas pour rien que j’ai commencé par demander ce qu’est un bon chef d’orchestre : chaque musicien aura son propre avis. C’est là que la différence entre les écoles dont nous avons parlé au début commence à jouer. Par exemple, les Européens de l’Est veulent voir de la profondeur et du contenu dans la musique.

« Dégustation » musicale

Certains pensent que très peu de jeunes vont aux salles de concert. Pensez-vous que ce problème est réel ?

Lorsque j’ai commencé ma vie professionnelle, il me semblait que seules les personnes ayant, pour ne pas dire plus, l’âge de la retraite étaient assises dans le hall. Mes pairs et moi pensions qu’ils allaient tous mourir, et que personne d’autre n’irait aux concerts. Mais ce n’est pas le cas.

C’est pour cela que la musique classique ne les intéresse pas pour le moment, et non pas parce qu’ils sont, par exemple, incultes.

Mais quand leurs enfants grandiront, ils seront laissés seuls à la maison et se sentiront soudain calmes, puis iront au théâtre et dans les salles de concert. Je suis optimiste à ce sujet car je travaille depuis de nombreuses années et plusieurs générations d’auditeurs ont changé sous mes yeux. Dans la salle, je vois mes proches qui, il y a vingt ans, n’auraient jamais pensé à aller à opéra!

Cette musique attire en général plus d’adultes, mais certaines personnes grandissent vite, il y a donc toujours un pourcentage de jeunes dans les salles.

Enfin, quel genre d’œuvres conseilleriez-vous d’écouter, pour ne pas perdre courage face à ce qui se passe dans le monde ?

Je conseille à chacun de choisir pour lui-même et d’écouter autant que possible. Il n’est pas nécessaire d’écouter la symphonie jusqu’au bout pour savoir si elle vous plaît ou non. Si la cinquième minute ne vous intéresse pas, éteignez-la et écoutez une autre symphonie, de la musique de chambre ou peut-être de la musique baroque. Après tout, il existe un nombre incroyable de styles dans ce que nous appelons la musique classique. Il y a tant d’époques, de Haendel à Gershwin – du baroque au jazz ! Un homme qui dit qu’il n’aime pas la musique classique ne le sait tout simplement pas.

Vous pouvez prendre 10 minutes par jour pour écouter une variété de musiques classiques afin de comparer et de choisir ce qui vous tient le plus à cœur. Appelons cela une « dégustation ». Ce n’est que lorsque l’on goûte des vins différents que l’on peut comprendre ce que l’on aime. Je recommande le même principe pour la musique.

Propos recueillis par Anna Guseva