Une nouvelle série de recherches menée par la Barclays Private Bank montre que la prochaine génération de femmes fortunées (High Net Worth) pourrait changer la dynamique familiale et bancaire. Ce constat intervient suite à l’analyse des propos de 400 membres de familles, banquiers, intermédiaires et experts.

Quatre femmes sur cinq (82 %) appartenant à des familles fortunées devraient hériter de cinq billions de dollars estimés d’ici 2030. Pourtant, à mesure que leur part de richesse augmente, elles font face à des inégalités : trois femmes sur cinq sont d’avis que leur conseiller financier les traite différemment des hommes. Sans compter le fait que 22 % d’entre elles confient ne pas en avoir, contre 9 % pour les hommes.

>> À LIRE AUSSI : Les jeunes pas assez préparés pour reprendre les entreprises familiales ?

À noter qu’en l’absence de ce soutien, les femmes sont souvent moins confiantes dans les prises de décisions financières familiales. D’ailleurs, 41 % n’y participent pas même si neuf sur dix sont impliquées dans une certaine mesure.

La finance, un monde réservé aux hommes ?

Parmi les principaux décideurs concernant la richesse familiale, quatre sur cinq sont des hommes. Peu importe leur sexe, ils sont deux fois plus susceptibles de se tourner vers leurs fils (29 %) plutôt que vers leurs filles (14 %) pour parler de finance et d’investissement.

Travel Club Monaco

>> À LIRE AUSSI : Les Millennials encouragent leurs ainés fortunés à passer à l’investissement durable

Heureusement, le rôle des femmes change grâce à des niveaux d’éducation plus élevés et une vision moins traditionnelle de la jeune génération. « Le secteur doit surmonter les préjugés existants…et fournir aux femmes la base pour assurer leur rôle de cheffes d’entreprises globales de l’avenir » a résumé Dr Ylva Baeckstrom, experte en finance comportementale et en genre.